Dimanche 25 août 2019 | Dernière mise à jour 15:00

Terrorisme L'armée irakienne déloge l'EI d'un faubourg de Tikrit

Après la prise d'Al-Dour, au sud de Tikrit, la semaine dernière, Al-Alam était le dernier verrou avant un assaut contre la ville de l'ex-dictateur Saddam Hussein, aux mains de l'EI depuis l'été dernier.

Nuages de fumée près de la ville de Tikrit montrant la violence des combats entres l'armée irakienne et les djihadistes.

Nuages de fumée près de la ville de Tikrit montrant la violence des combats entres l'armée irakienne et les djihadistes. Image: Keystone

Galerie photo

La progression du groupe Etat islamique

La progression du groupe Etat islamique La fulgurante progression des djihadistes sunnites du groupe Etat islamique (EI) met en péril la sécurité de toute la région.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'armée irakienne et les miliciens chiites qui l'appuient ont pris ce mardi 10 mars le contrôle du centre-ville d'Al-Alam, dans les faubourgs de Tikrit.

Depuis Strasbourg, le roi Abdallah de Jordanie a exhorté la communauté internationale à se mobiliser pour la paix au Proche-Orient, «si elle veut gagner son combat contre le terrorisme».

Après la prise d'Al-Dour, au sud de Tikrit, la semaine dernière, Al-Alam était le dernier verrou avant un assaut contre la ville de l'ancien dictateur Saddam Hussein, aux mains de l'Etat islamique (EI) depuis l'été dernier.

Cet assaut pourrait désormais être lancé dès mercredi, prédisent des membres des services de sécurité. Depuis le lancement de leur offensive sur Tikrit le 2 mars, l'armée irakienne et ses forces supplétives progressent toutefois lentement face aux tireurs embusqués et aux bombes dissimulées par l'EI.

Crainte de représailles

Des observateurs redoutent par ailleurs des représailles contre les civils de la part des miliciens chiites dans cette région à majorité sunnite, pour venger les meurtres commis par l'EI, et notamment le décès de 1700 recrues chiites lors de l'attaque de la base de Camp Speicher, proche de Tikrit, en juin 2014.

Selon des responsables locaux, des maisons ont été incendiées par des miliciens à Albou Ajil, un village proche d'Al-Alam. Aucun acte de représailles n'a été observé à Al-Alam.

La prise de Tikrit par les forces gouvernementales ouvrirait la voie à une offensive contre Mossoul, la plus grande ville du nord de l'Irak contrôlée par les djihadistes depuis juin 2014.

Mais l'EI semble résolu à défendre Tikrit jusqu'au bout. Il y a acheminé des renforts des provinces plus au nord, où il s'est du coup exposé à une offensive lancée lundi par les forces kurdes pour éloigner les djihadistes de la ville de Kirkouk, à 120 kilomètres environ au nord-est.

«Cri de ralliement»

A Strasbourg devant le Parlement européen, le roi Abdallah de Jordanie a affirmé mardi que l'absence de solution politique au conflit israélo-palestinien, vieux de plus de soixante ans, affaiblit la confiance dans le droit international et sert de justificatif aux djihadistes.

«Cela fournit aux extrémistes un cri de ralliement très puissant. Ils exploitent les injustices et ce conflit persistant pour bâtir leur légitimité et recruter des combattants étrangers à travers l'Europe et le monde», a-t-il dit devant le Parlement européen.

«Comment pouvons-nous gagner la bataille idéologique si nous ne traçons pas la voie vers une paix israélo-palestinienne?», a-t-il demandé.

«Guerre mondiale»

«Nous et les autres Etats arabes et musulmans ne défendons pas seulement notre peuple mais aussi notre foi. C'est un combat qui doit être mené en premier lieu par les nations musulmanes, un combat à l'intérieur de l'islam», a aussi dit Abdallah, dont cette visite était la quatrième à Strasbourg.

Il a toutefois souligné le caractère global de ce combat en comparant le développement de mouvements islamistes armés en Asie et en Afrique à la montée du fascisme et du nazisme dans l'Europe des années 30. «La guerre européenne est devenue une guerre mondiale. Aujourd'hui, nous sommes confrontés à une guerre similaire».

Le souverain hachémite a aussi rappelé les efforts considérables de son pays pour accueillir des réfugiés, notamment des chrétiens irakiens et des Syriens, au nombre de 1,4 million, soit 20 % de la population. «C'est plus que si la France accueillait l'ensemble de la population de la Belgique», a-t-il encore relevé.

Evasions et décapitations

En Syrie, une centaine de prisonniers détenus par l'EI se sont évadés d'une prison du nord du pays, a rapporté mardi l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), proche de l'opposition. Parmi les évadés figurent une trentaine de combattants kurdes, des civils syriens et des membres de brigades islamistes rivales de l'EI.

Le groupe extrémiste a décapité en public deux hommes accusés d'homosexualité et un autre de blasphème, dans le nord de l'Irak, selon des photos diffusées sur les réseaux sociaux. Ces trois décapitations n'ont pas pu être vérifiées de manière indépendante. (ats/nxp)

Créé: 10.03.2015, 18h45

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.