Lundi 23 septembre 2019 | Dernière mise à jour 07:06

Allemagne L'ex-infirmier tueur Niels Högel conteste sa peine

L'ancien professionnel allemand de la santé condamné à la perpétuité pour le meurtre de 85 patients se pourvoit en cassation.

La responsabilité de l'ex-infirmier Niels Högel a été reconnue dans 85 meurtres, mais le tribunal a prononcé un non-lieu pour 15 cas, faute de preuves suffisantes.

La responsabilité de l'ex-infirmier Niels Högel a été reconnue dans 85 meurtres, mais le tribunal a prononcé un non-lieu pour 15 cas, faute de preuves suffisantes.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'ex-infirmier et tueur en série allemand Niels Högel, condamné la semaine dernière à la perpétuité pour 85 meurtres de patients, a décidé de se pourvoir en cassation, a annoncé le tribunal d'Oldenbourg mardi.

«Je peux vous informer qu'un pourvoi en cassation a désormais été déposé du côté de l'accusé», a déclaré la porte-parole de ce tribunal Melanie Bitter, ajoutant ne pas être en mesure de dire pour le moment si le Parquet ou les parties civiles prévoyaient également un recours.

Jeudi, l'ancien infirmier de 42 ans a été condamné à la perpétuité assortie d'une peine de sûreté, qui rend quasi impossible toute remise en liberté même après 15 ans de prison.

Sa responsabilité a été reconnue dans 85 meurtres, mais le tribunal a prononcé un non-lieu pour 15 cas, faute de preuves suffisantes. Ce jugement porte à 91 le nombre officiel de ses victimes, Niels Högel ayant déjà été condamné une première fois pour six décès.

Les avocates de l'ex-infirmier ont admis au nom de leur client 55 meurtres, 14 tentatives et demandé un non-lieu dans 31 cas. Le parquet réclamait quant à lui une condamnation pour 97 meurtres.

Entre 2000 et 2005, Niels Högel a provoqué des arrêts cardiaques chez ses patients pour se donner une stature héroïque dans ses tentatives, généralement infructueuses, de les réanimer.

Il a d'abord tué dans l'hôpital d'Oldenbourg, une ville du nord-ouest de l'Allemagne, puis dans celui de la petite ville voisine de Delmenhorst.

Les personnes, âgées de 34 à 96 ans, étaient choisies arbitrairement. Atteint d'un narcissisme sévère mais jugé responsable de ses actes, il cherchait la reconnaissance de ses collègues et de ses supérieurs hiérarchiques.

L'ampleur réelle de ses crimes ne sera sans doute jamais connue, de nombreuses victimes présumées ayant été incinérées. La police soupçonne pour sa part Niels Högel d'avoir tué plus de 200 patients. (ats/nxp)

Créé: 11.06.2019, 14h31

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.