Mardi 25 juin 2019 | Dernière mise à jour 21:16

Botswana La justice dépénalise l'homosexualité

Interdite dans son code pénal depuis 1965, l'homosexualité n'est plus considérée comme un crime depuis mardi au Botswana.

«L'orientation sexuelle est humaine», a déclaré le juge Leburu. (Photo d'illustration)

«L'orientation sexuelle est humaine», a déclaré le juge Leburu. (Photo d'illustration) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Haute Cour du Botswana a décidé mardi de décriminaliser l'homosexualité, interdite dans le code pénal du pays datant de 1965 et qualifié de «relique de l'ère victorienne» par un juge.

Les clauses du code pénal relatives aux relations entre personnes du même sexe «sont annulées», a déclaré le juge Michael Leburu. «La justice ordonne que les lois soient amendées», a-t-il ajouté dans une salle d'audience comble de la Haute Cour à Gaborone.

«Des reliques de l'ère victorienne»

Les clauses en question sont «des reliques de l'ère victorienne» qui «ne sont plus viables», a encore estimé le magistrat. Elles «oppressent une minorité» et «ne passent pas l'épreuve de la constitutionnalité», a-t-il ajouté.

«Les minorités ne doivent pas être exclues et ostracisées», a-t-il encore expliqué dans son jugement, estimant que «la criminalisation perpétue la stigmatisation». «Le temps est venu que la sexualité entre personnes du même sexe soit décriminalisée», a insisté le magistrat.

La Haute Cour s'est prononcée sur ce sujet sensible sur requête d'une personne anonyme, identifiée seulement par ses initiales LM pour des raisons de sécurité, qui contestait le code pénal.

Pratique discriminatoire

«L'orientation sexuelle est humaine, ce n'est pas une question de mode (...) Les hétérosexuels sont autorisés à exprimer leur sexualité sans problème mais la même chose ne s'applique pas au requérant», a poursuivi le juge Leburu. «Nier au requérant le droit d'avoir des relations sexuelles comme il l'entend est discriminatoire», a-t-il encore expliqué, estimant que «le respect de la vie privée est un droit humain fondamental».

Le mois dernier, la Haute Cour du Kenya avait refusé d'abroger les lois réprimant les relations homosexuelles, douchant les espoirs de la communauté continentale LGBTQ (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenre, queers). (afp/nxp)

Créé: 11.06.2019, 13h07


Sondage

La vague de chaleur à 40° qui s'annonce cette semaine sur la Suisse vous inquiète-t-elle?



Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.