Jeudi 18 juillet 2019 | Dernière mise à jour 10:47

France Lafarge en Syrie: un chef d'inculpation tombe

L'ancien directeur général de LafargeHolcim, Eric Olsen, n'est plus mis en examen pour «financement d'une entreprise terroriste».

Eric Olsen.

Eric Olsen. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'ancien directeur général de LafargeHolcim, Eric Olsen, a obtenu la levée de sa mise en examen pour «financement d'une entreprise terroriste» dans l'enquête sur les activités du cimentier en Syrie, a-t-il annoncé mardi dans un communiqué. M. Olsen, préalablement directeur général adjoint du groupe français Lafarge, avait été mis en examen en décembre 2017.

L'ancien directeur général du numéro un mondial du ciment reste cependant mis en examen pour «mise en danger de la vie d'autrui». «Cette décision lave mon honneur et va me permettre de reprendre le fil de ma carrière. (...) Cette levée de mise en examen, en cours d'instruction, est une décision de justice particulièrement rare», s'est félicité Eric Olsen, cité dans le communiqué.

Selon une source proche du dossier, il conteste également son autre mise en examen, affirmant n'avoir commis aucune infraction car il n'avait aucun pouvoir de décision sur la région concernée au moment des faits. Au fil de l'enquête, huit anciens cadres ou dirigeants, dont l'ex-directeur général de Lafarge Bruno Lafont, ont été mis en examen pour «financement d'une entreprise terroriste» et/ou «mise en danger de la vie» de salariés.

Deux intermédiaires locaux au cœur de l'affaire, Amro Taleb et Firas Tlass, sont par ailleurs visés par un mandat d'arrêt. Lafarge a été mis en examen en juin pour «financement d'une entreprise terroriste» et «complicité de crimes contre l'humanité».

Requête en nullité

Le groupe, qui a saisi la cour d'appel de Paris d'une requête en nullité pour contester sa mise en examen, est soupçonné d'avoir déboursé via sa filiale LCS près de 13 millions d'euros entre 2011 et 2015 auprès d'intermédiaires et de groupes armés, dont l'organisation Etat islamique, pour maintenir la production dans son usine de Jalabiya, alors que le pays s'enfonçait dans la guerre.

L'enquête soulève des questions sur ce que savaient ou non les autorités françaises sur les agissements de Lafarge, qui a fusionné en 2015 avec le suisse Holcim, et si la diplomatie a ou non laissé faire, voire encouragé le cimentier à maintenir ses activités en Syrie. (ats/nxp)

Créé: 05.03.2019, 15h01

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.