Dimanche 8 décembre 2019 | Dernière mise à jour 06:30

Thaïlande Le chef de la junte favori pour devenir 1er ministre

Les députés thaïlandais se sont réunis mercredi pour élire le chef du gouvernement. Le général Prayut Chan-O-Cha est le favori.

Prayut Chan-O-Cha.

Prayut Chan-O-Cha. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le chef de la junte au pouvoir en Thaïlande depuis un coup d'Etat en 2014, le général Prayut Chan-O-Cha, est le grand favori pour devenir Premier ministre, après des législatives controversées. Mais il est défié par un millionnaire d'opposition.

Les députés se sont réunis mercredi pour élire le chef du gouvernement, après plus de deux mois d'intenses tractations du parti de la junte pour s'assurer une majorité parlementaire. C'est désormais chose faite, avec le ralliement de plusieurs partis conservateurs, au premier rang desquels le vieux parti Démocrate.

Face à Prayut dans la course au poste de Premier ministre, le jeune millionnaire Thanathorn Juangroongruangkit, fondateur du nouveau parti d'opposition Future Forward, qui a créé la surprise aux législatives en séduisant notamment les jeunes Thaïlandais. Il est devenu la troisième force politique du pays mais les ennuis judiciaires, dénoncés comme politiques, se sont accumulés contre lui. Et il a été déchu de son mandat de député.

«Rétablir la démocratie»

«La chose la plus importante, c'est de rétablir la démocratie en Thaïlande... Et d'empêcher Prayut de revenir comme Premier ministre», a déclaré mardi le charismatique nouveau venu en politique.

Lors de la première réunion du parlement, Thanatorn avait fait une sortie remarquée: les députés de son camp s'étaient levés en faisant le salut (trois doigts levés) du film «Hunger games», symbole de rébellion contre une élite dictatoriale dans le film, devenu le signe de ralliement de l'opposition en Thaïlande.

L'élection du nouveau Premier ministre pourrait prendre plusieurs jours. L'opposition dénonce depuis des mois la façon dont les dés ont été pipés par les militaires pour ces premières élections depuis le coup d'Etat de 2014.

Aucune chance d'être élu

En se garantissant un contrôle total du Sénat, élu par les militaires, le parti de la junte, le Palang Pracharat, n'a en effet besoin que de 126 voix à la chambre basse pour que Prayut Chan-O-Cha conserve son poste de Premier ministre. Il en a obtenu 115 lors du scrutin, et avec les ralliements de petits partis comme le parti Démocrate, il est au-dessus de cette barre lui garantissant une majorité parlementaire.

L'opposant Thanatorn, qui n'a aucune chance d'être élu avec ce système même si numériquement la coalition d'opposition qu'il représente est largement devant, devrait cumuler 376 sièges pour pouvoir former un gouvernement.

Depuis des années, le pays est profondément divisé entre réformateurs proche de l'influente famille Shinawatra (les «Rouges») et une élite conservatrice alignée sur l'armée (les «Jaunes») qui se présente comme garante de la stabilité et de la protection de la monarchie. (ats/nxp)

Créé: 05.06.2019, 05h19

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.