Mardi 20 août 2019 | Dernière mise à jour 16:30

Litige Le FN soupçonné de fraude au Parlement européen

20 assistants parlementaires du FN sont suspectés de ne pas travailler sur le front européen. Le préjudice représenterait 7,5 millions d'euros.

Marine Le Pen, présidente du Front national dénonce une «manipulation politique» concernant les soupçons de fraude des eurodéputés FN.

Marine Le Pen, présidente du Front national dénonce une «manipulation politique» concernant les soupçons de fraude des eurodéputés FN. Image: Archive/Photo d'illustration/Reuters

Réaction de Marine Le Pen

«Nous n'avons rien à nous reprocher dans ce domaine comme dans bien d'autres», a martelé la présidente du Front national.

Martin Schulz, «qui est un socialiste (...) a rempli son contrat, il est allé dénoncer des députés auprès de l'Olaf, sachant pertinemment que cette simple dénonciation allait ouvrir automatiquement une enquête», a fustigé Marine Le Pen.

«Nous répondrons à l'Olaf de la manière la plus sereine qui soit. Cette petite manip politique à quelques jours des élections, ça commence à être un peu grossier», a encore souligné l'eurodéputée.


Martin Schulz a répondu que cette réaction du FN est «d'une certaine manière politique», mais «mes actions sont purement administratives».

«On ne peut pas être payé par le Parlement européen et travailler pour un parti», a résumé le président de l'institution, qui assure avoir «traité ce cas comme tous les autres».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Parlement européen a annoncé le lundi soir 9 mars avoir saisi l'organisme antifraude de l'UE d'éventuelles irrégularités financières commises par le Front national (FN). Le parti de l'extrême droite française a dénoncé une manœuvre politique.

L'affaire concerne des salaires versés à 20 assistants parlementaires européens. Le préjudice représenterait 7,5 millions d'euros (environ 8 millions de francs) pour l'ensemble de la législature, a indiqué une source parlementaire, confirmant les chiffres avancés par le quotidien français «Le Monde» qui a révélé l'affaire.

Les assistants de parlementaires européens figurent sur l'organigramme du Front national et semblent avoir des responsabilités politiques au sein du parti alors qu'ils «doivent nécessairement et directement travailler à l'exercice du mandat parlementaire des députés européens», indique le Parlement.

Fonction différente

«L'organigramme de la direction nationale du parti reprend 4 assistants accrédités (à Strasbourg ou à Bruxelles) et 16 assistants locaux (dans les circonscriptions). Parmi les assistants locaux concernés, dix ont conclu un contrat de travail qui indique comme adresse d'exécution l'adresse du siège du Front national à Nanterre», détaille l'institution.

«De plus, la description de leur fonction contractuelle avec le député diffère en tout point de la nature des fonctions détaillées dans l'organigramme du Front national ou sur le site Internet du parti. Par ailleurs, toujours selon cet organigramme, certains assistants ne travaillent pas pour le député auquel ils sont liés par un contrat de travail», insiste encore le Parlement.

«C'est la première fois qu'on est confrontés à des cas de fraudes supposées dans de telles proportions. Il y a eu des précédents, mais ça concernait des députés à titre individuel, a dit mardi à Reuters le porte-parole de l'institution, Jaume Duch.

Le président social-démocrate du Parlement de Strasbourg, Martin Schulz, a saisi lundi l'Office européen de lutte antifraude (OLAF). Cet organe devra évaluer le bien-fondé de la dénonciation, dans un délai d'un à deux mois. Si elle décide alors de lancer une enquête, celle-ci pourrait prendre un à deux ans, selon l'institution.

Accusé par le FN

Le parti d'extrême droite y voit de son côté un coup de pouce de Martin Schulz au gouvernement français, à moins de deux semaines des élections départementales.

«Nos assistants sont très souvent des gens qui militent pour leur parti et pour ses idées, ce qui est encore autorisé en euro-dictature», a affirmé le député européen et vice-président du parti, Florian Philippot. Il a précisé que certains travaillaient seulement à mi-temps au sein du parti. (ats/nxp)

Créé: 10.03.2015, 15h31

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.