Mardi 19 novembre 2019 | Dernière mise à jour 20:14

Espace Le lancement de Vega, petite fusée, est un échec

Vega devait mettre sur orbite le satellite FalconEye1 d'observation de la Terre. C'était le sixième lancement de l'année pour Arianespace

«Je souhaite présenter nos plus profondes excuses à nos clients pour la perte de leur chargement», a déclaré Arianespace, jeudi.

«Je souhaite présenter nos plus profondes excuses à nos clients pour la perte de leur chargement», a déclaré Arianespace, jeudi. Image: Photo d'archives/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le lancement d'une fusée Vega a échoué dans la nuit de mercredi à jeudi depuis la Guyane française, signant le premier échec de ce lanceur. La fusée devait mettre en orbite un satellite d'observation militaire pour le compte des Émirats arabes unis.

Depuis le début de son exploitation au Centre spatial guyanais en 2012, le lanceur léger d'Arianespace avait connu quatorze succès d'affilée. Le décollage du lanceur a eu lieu comme prévu mercredi à 22h53 (heure de Kourou en Guyane française).

«Environ deux minutes après le décollage de Vega, peu après l'allumage du deuxième étage, une anomalie est apparue sur le lanceur, entraînant la fin prématurée de la mission», a indiqué Arianespace dans un communiqué. «Le lanceur est retombé dans l'océan dans le respect des règles de sauvegarde et sans danger pour les personnes et les biens», a-t-on appris jeudi soir de source proche du dossier.

Commission d'enquête

«Au nom d'Arianespace, je souhaite présenter nos plus profondes excuses à nos clients pour la perte de leur chargement», a déclaré à Kourou la directrice exécutive d'Arianespace, Luce Fabreguettes, peu après l'échec du tir. L'Agence Spatiale Européenne (ESA) et la société Arianespace ont indiqué jeudi avoir «immédiatement décidé de mandater une commission d'enquête indépendante».

«Elle a pour mission d'analyser les raisons de cet échec et de définir les mesures nécessaires à mettre en oeuvre pour un retour en vol de Vega dans toutes les conditions de sécurité requises», écrivent-elles dans un communiqué commun. La retransmission vidéo du lancement a montré qu'après deux minutes, la trajectoire a commencé à dévier de la normale, puis s'est nettement «dégradée», selon le terme d'Arianespace.

«Cet échec de Vega nous rappelle une fois encore que nous faisons un métier difficile, où la frontière entre le succès et l'échec est extrêmement ténue», a déploré Jean-Yves Le Gall, le président du CNES, l'agence spatiale française. Le lancement avait été reporté à deux reprises en raison de vents d'altitude au-dessus du Centre spatial guyanais (CSG).

Lancement de petits satellites

Prévu dans la nuit de vendredi à samedi à Kourou, il avait été reprogrammé une première fois à cause du vent puis à nouveau dimanche pour les mêmes raisons. Vega devait mettre sur orbite le satellite FalconEye1 d'observation de la Terre. Sa mission était double: «Répondre aux besoins des forces armées des Emirats arabes unis et fournir des images au marché commercial», selon Arianespace.

Il pesait environ 1197 kg au décollage et devait être placé en orbite à 611 kilomètres de la Terre. Ce satellite avait été développé par un consortium mené par Airbus Defence and Space en tant que mandataire et Thales Alenia Space pour la co-maîtrise d'oeuvre. Vega est spécialement conçue pour le lancement de petits satellites scientifiques et d'observation de la Terre. Il s'agissait du sixième lancement de l'année pour Arianespace. (ats/nxp)

Créé: 11.07.2019, 21h23

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.