Mercredi 19 juin 2019 | Dernière mise à jour 08:32

Inde Le papy est endetté, ils assassinent sa petite-fille

Le retard accusé par un grand-père dans le remboursement de ses dettes a ulcéré ses créanciers qui ont assassiné sa petite-fille de 2 ans.

La fillette a été enlevée le 31 mai et découverte trois jours plus tard. Son corps a été décomposé et enveloppé dans un tissu.

La fillette a été enlevée le 31 mai et découverte trois jours plus tard. Son corps a été décomposé et enveloppé dans un tissu. Image: DR/Twitter

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'Inde s'indignait vendredi du meurtre d'une fillette de deux ans en représailles, selon les autorités, d'une dette de 130 euros non remboursée par son grand-père.

La police de la ville d'Aligarh (Uttar Pradesh, nord) a arrêté deux suspects pour ce meurtre qui, d'après les enquêteurs, a été commis car le grand-père de la victime devait 10.000 roupies (127 euros) aux deux hommes.

La fillette a été enlevée le 31 mai et découverte trois jours plus tard. Son corps décomposé, enveloppé dans un tissu, a été retrouvé dans une décharge, mangé par les chiens errants.

«Conséquences graves»

«Le grand-père de la fille devait de l'argent aux accusés et ils ont eu une dispute sur le retard du remboursement», a déclaré à l'AFP Aakash Kulhari, chef de la police d'Aligarh. Les suspects avaient menacé la famille de «conséquences graves» s'ils ne récupéraient pas vite leur argent, a indiqué la police, pour qui ce crime était «motivé par une rancune personnelle».

Selon le rapport médical, la fillette est morte étranglée avec un tissu. L'un des accusés avait conservé le corps pendant trois jours dans sa maison mais s'en est débarrassé dans une décharge publique en raison de sa décomposition dans la chaleur estivale.

Les autorités ont suspendu cinq policiers pour «manquement à leur devoir». La police a déployé des renforts à Aligarh par crainte de tensions religieuses, la victime et les suspects étant de deux religions différentes.

Peine de mort exigée

Le meurtre de la petite fille était l'un des sujets les plus commentés sur Twitter en Inde vendredi, de nombreux internautes demandant la peine de mort pour les coupables. Responsables politiques, stars du sport et de Bollywood exprimaient également leur colère et leur incompréhension.

«Le meurtre atroce à Aligarh est un nouveau crime inhumain et inqualifiable contre un enfant innocent», a déclaré Priyanka Gandhi, l'une des figures du parti du Congrès (opposition). «Que sommes-nous devenus ?»

Le nombre d'actes de violence recensés contre les enfants a augmenté significativement ces dernières années en Inde, avec près de 100.000 cas en 2016, soit cinq fois plus qu'une décennie auparavant.

En 2016, près de 2.000 enfants ont étés tués, 55.000 kidnappés et 13.000 agressés sexuellement dans ce pays d'Asie du Sud, selon des statistiques officielles. (afp/nxp)

Créé: 07.06.2019, 13h26

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.