Mardi 20 août 2019 | Dernière mise à jour 20:21

Etats-Unis Le Trump Hotel dans le viseur de la justice

Donald Trump est accusé de bénéficier de paiements étrangers illégaux via son hôtel de la capitale américaine.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des avocats du Maryland et de la ville de Washington ont accusé lundi Donald Trump de bénéficier illégalement de paiements d'officiels étrangers via son hôtel dans la capitale américaine. Ces revenus sont légaux, a rétorqué un avocat du président américain.

M. Trump n'offre rien en contrepartie, a souligné le défenseur, devant un tribunal fédéral. Au coeur de cette action en justice se trouve la «clause sur les émoluments», une disposition de la constitution américaine interdisant à toute personne occupant une fonction publique d'«accepter cadeau, émoluments, fonction ou titre de quelque sorte que ce soit d'un roi, prince, ou d'un Etat étranger» sans accord du congrès.

Pour les plaignants, le président Trump est coupable de conflits d'intérêts, n'ayant pas suffisamment pris ses distances avec son groupe économique. Après son installation à la Maison-Blanche en janvier 2017, le magnat de l'immobilier a confié à ses fils la gestion de ses affaires, mais a conservé toutes ses parts dans la Trump Organization.

Bonnes grâces

Désireuses de s'attirer les bonnes grâces de M. Trump, des délégations étrangères privilégient de descendre au Trump International Hotel, près de la Maison-Blanche, dénoncent dans leur plainte le procureur général de Washington et son homologue pour l'Etat du Maryland.

Les débats lundi devant le tribunal de Greenbelt ont tenté de définir la notion d'émoluments, telle qu'entendue à la fin du XVIIIe siècle quand fut rédigée la constitution des Etats-Unis.

La «clause sur les émoluments» n'a encore jamais été utilisée dans un dossier juridique majeur et la cour suprême, gardienne de la constitution, ne s'est jamais penchée dessus. Résultat, lundi s'est tenue «la première audience sur la signification de la clause sur les émoluments de l'histoire judiciaire américaine», a affirmé sur Twitter le président de l'ONG anticorruption Citizens for Responsibility and Ethics in Washington (CREW), associée à la plainte. Le juge doit rendre sa décision dans cette affaire d'ici fin juillet. (ats/nxp)

Créé: 12.06.2018, 04h31

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Les plus partagés Monde