Jeudi 22 août 2019 | Dernière mise à jour 15:26

Vin Les amateurs de Beaujolais fêtent la nouvelle cuvée

En France, puis à Tokyo et à New York, le Beaujolais nouveau est célébré depuis minuit. Au Japon, on aime se baigner dans un bain de «Beaujolais» à cette occasion.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les premiers tonneaux de la cuvée 2014 du «Beaujolais nouveau» ont été percés mercredi à minuit à Beaujeu, capitale de ce vin primeur dans l'est de la France. L'opération a donné le signal de l'ouverture des bouteilles, quelques heures après Tokyo et avant New-York.

Ils étaient quelques milliers à grelotter sur la place de l'Église à Beaujeu quand le speaker s'est écrié: «le Beaujolais nouveau est arrivé». Un coup de maillet dans un tonneau et le vin a coulé dans les verres.

«Un peu acide», reconnaît Daniel. Le sexagénaire vient tous les ans du Jura (est) avec des amis: «On sait que ce n'est pas le meilleur qu'ils offrent, mais on vient surtout pour l'ambiance», glisse-t-il.

«Trois, deux, un... kanpai!»

Plus tôt dans la soirée, les visiteurs ont pu goûter les différentes appellations, millésimes et cuvées du Beaujolais auprès de producteurs locaux.

Autre ambiance, huit heures plus tôt, dans un restaurant du centre tokyoïte, une centaine de Japonais, foulards rouges autour du cou et canotiers sur la tête, comptaient eux aussi: «Trois, deux, un... kanpai!» (santé, ou tchin, en Japonais).

Nombreuses exportations

L'an dernier, le pays a importé 59'183 hectolitres, soit 7,9 millions de bouteilles, loin devant les États-Unis, 1,8 million de bouteilles, et l'Allemagne, qui complète le podium avec 730'000 bouteilles.

Certains producteurs se mettent d'ailleurs à l'heure japonaise: «On fêtera le Beaujolais nouveau sur Skype avec nos clients japonais», confiait Claire Chasselay, 30 ans, productrice de vin bio à Châtillon d'Azergues, dans le sud du Beaujolais. Pour ces vignerons dont les clients vont du «bouchon» lyonnais aux restaurants étoilés, l'exportation représente 40% des ventes.

A Pékin, expatriés et Chinois ont pu goûter le millésime 2014 accompagné d'un autre incontournable de la gastronomie française: le fromage d'un jeune fromager chinois qui a appris le métier en France.

Mais mercredi soir, les plus motivés, Russes, Chinois, Brésiliens ou Japonais, étaient à Beaujeu pour goûter sur place le vin fruité du Beaujolais. (ats/nxp)

Créé: 20.11.2014, 10h52

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.