Mardi 23 juillet 2019 | Dernière mise à jour 13:10

Nucléaire iranien Les Européens rejettent «l'ultimatum» de Téhéran

Les Européens ont également exprimé leur «vive préoccupation» après la décision de Téhéran de s'affranchir de ses engagements.

Matt Damon.

Elysium

In 150 Jahren ist die Welt ein Mega-Slum. Die Superreichen haben sich davongemacht und leben jetzt in der pittoresken Raumstation Elysium. Hier kann jede Krankheit geheilt werden. Ein Arbeiter (Matt Damon), der nach einem Unfall nur noch fünf Tage zu leben hat, schliesst sich deshalb Untergrundkämpfern an, um nach Elysium zu gelangen. Doch die «Insel der Seligen» wird von einer mörderischen Tyrannin (Jodie Foster) bewacht.

Der Südafrikaner Neill Blomkamp hat mit «District 9» bewiesen, dass er grosse gesellschaftliche Fragen in einen XXL- Becher Popcorn verpacken kann. Mit «Elysium» katapultiert er die «Occupy»- Bewegung ins Weltall. Die Idee ist sehr gut, und visuell ist der Film eine Wucht. Schade ist nur, dass die Geschichte in konventionellem Action-Gedöns aufgelöst wird. (ase)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les Européens ont rejeté jeudi l'«ultimatum» de Téhéran sur la reprise de ses activités nucléaires, appelant la République islamique à ne pas s'engager dans une «escalade» sans retour face à la pression croissante des Etats-Unis de Donald Trump.

Tout en réaffirmant être «ouverte à la discussion» avec l'Iran, le président américain a lui accusé les Iraniens de s'être montrés «très menaçants», pour expliquer sa décision d'envoyer un porte-avions et plusieurs bombardiers B-52 dans le Golfe.

«Le régime de Téhéran doit comprendre que toute attaque menée par lui ou par ses affidés, quels qu'ils soient, contre des intérêts ou ressortissants américains fera face à une réponse rapide et ferme des Etats-Unis», a mis en garde le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo, rentré plus tôt que prévu à Washington d'une tournée à l'étranger pour participer à des réunions sur l'Iran.

L'administration Trump n'a pas précisé à quelle menace elle faisait référence depuis le week-end dernier, lorsqu'elle a porté sa campagne de «pression maximale» sur le terrain militaire.

Ultimatum rejeté

La crise iranienne a fait irruption au sommet sur l'avenir de l'Union européenne post-Brexit, réuni à Sibiu en Roumanie. Il a ainsi fourni un cas pratique épineux aux Européens, qui avaient prévu d'y débattre de leur rôle sur la scène mondiale, sans la Première ministre britannique Theresa May.

Accusés par l'Iran de céder aux pressions américaines, les trois pays de l'UE impliqués dans le dossier (Allemagne, France et Royaume-Uni), et la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini ont réaffirmé leur espoir de sauver l'accord sur le nucléaire iranien.

La veille, Téhéran leur avait donné deux mois pour sortir réellement les secteurs pétrolier et bancaire iraniens de leur isolement provoqué par les sanctions américaines, faute de quoi la République islamique renoncerait à des engagements pris dans l'accord international de 2015. «Nous rejetons tout ultimatum et nous évaluerons le respect par l'Iran de ses engagements en matière nucléaire», ont prévenu dans un communiqué Berlin, Paris et Londres avec Federica Mogherini.

Dans un climat de tension exacerbée avec Washington, Téhéran a déjà décidé mercredi de s'affranchir de deux des engagements de cet accord qui vise à empêcher l'Iran de se doter de la bombe atomique et que le président Trump a unilatéralement dénoncé il y a un an. L'Iran a ainsi fait savoir qu'il cessait de limiter ses réserves d'eau lourde et d'uranium enrichi, revenant sur des restrictions consenties par l'accord conclu à Vienne en juillet 2015.

«Vive préoccupation»

Les Européens ont exprimé jeudi leur «vive préoccupation». «Nous demeurons pleinement attachés à la préservation et à la mise en oeuvre intégrale de l'accord sur le nucléaire, une réalisation essentielle dans l'architecture mondiale de non-prolifération nucléaire, qui est dans l'intérêt de la sécurité de tous», ont-ils souligné.

S'ils ont rejeté les menaces iraniennes, les Européens ont toutefois réaffirmé leurs «engagements fermes» pour «la levée des sanctions au profit du peuple iranien». Et ils ont déploré les sanctions américaines.

Washington a en effet encore durci mercredi ses sanctions économiques contre l'Iran, en ajoutant l'acier, le fer, l'aluminium et le cuivre aux secteurs visés par des mesures punitives.

La Russie a également «fermement condamné» ces nouvelles sanctions et a appelé toutes les parties au dialogue afin «de normaliser la situation» et sauver l'accord sur le nucléaire. Les Européens se disent malgré ce regain de tension «déterminés à poursuivre» leurs «efforts pour permettre la poursuite du commerce légitime avec l'Iran», en particulier via le système de troc, dit de l'Instex, mis sur pied par Paris, Berlin et Londres fin janvier.

«Pas d'escalade»

«Jusqu'à présent, nous avons vu l'Iran se conformer pleinement à tous les engagements qu'il a pris en matière nucléaire», a rappelé Federica Mogherini. Elle a souligné que l'UE continuerait d'y veiller par le biais des rapports de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

«C'est à nous de travailler pour convaincre les uns et les autres, et aussi l'Iran, de rester» dans l'accord, a insisté le président français Emmanuel Macron. «Il ne faut pas tomber dans l'escalade, il faut que l'on veille à notre sécurité collective.»

Il a estimé, dans un message à l'adresse de ses partenaires européens, qu'un euro plus fort, qui serait «une vraie monnaie de réserve et de référence alternative au dollar», contribuerait à éviter la situation actuelle. Car cela éviterait selon lui que les entreprises européennes renoncent à investir en Iran par peur des sanctions américaines. (afp/nxp)

Créé: 09.05.2019, 12h28

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.