Jeudi 19 septembre 2019 | Dernière mise à jour 12:14

Tendance Les Japonais louent des voitures, mais pas pour les conduire

Ils sont de plus en plus nombreux à les utiliser comme espace privatif pour dormir, manger, poser leurs affaires ou s'entraîner à chanter.

Le nombre élevé de voitures à partager et les tarifs bas font que les Japonais en profitent pour en faire un autre usage.

Le nombre élevé de voitures à partager et les tarifs bas font que les Japonais en profitent pour en faire un autre usage. Image: iStock

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Quand on loue un véhicule, en principe, c'est pour rouler avec. C'est d'ailleurs ce que pensait Orix Auto Corp, une entreprise japonaise d'autopartage, jusqu'à ce qu'elle s'aperçoive que les compteurs de plusieurs de ses véhicules n'avaient pas bougé après certaines locations. «Nous n'avons aucune idée de ce que les clients font avec leur automobile», reconnaît un employé de l'entreprise dans le journal «The Asahi Simbun».

D'autres services d'autopartage ou de location de voitures ont fait le même constat dans le pays. L'un d'eux, Times24 Co, a donc interrogé ses clients dont l'auto semblait être restée sur place. Il a obtenu des réponses surprenantes: les personnes avaient loué une voiture pour faire la sieste, travailler dedans ou y déposer leurs sacs, les consignes proches étant complètes. Une autre compagnie, NTT Docomo, a découvert en 2018 dans un sondage auprès de 400 de ses clients, qu'une cinquantaine d'entre eux ne roulaient pas avec leur auto. Ils s'en servaient pour y discuter avec leurs amis, leur famille et leurs clients professionnels, regarder la télévision, mettre leur déguisement d’Halloween, s’entraîner à chanter ou à parler en anglais!

Très bon marché

S'ils agissent ainsi, c'est par manque d'espaces privatifs au Japon et en raison du faible coût de ces partages d'automobiles. On paie environ 3,60 francs pour une demi-heure de location, que l'on peut prolonger de quart d'heure en quart d'heure, tout ceci simplement via une application mobile. Et les automobiles à disposition sont nombreuses dans le pays, donc faciles d'accès. Le problème pour les entreprises de location, c'est qu'elles gagnent de l'argent grâce à la facturation des kilomètres parcourus, ce qui n'est donc pas le cas lorsque le client reste immobile. Sans compter que certains louent également un véhicule pour profiter de sa climatisation en été et de son chauffage en hiver, laissant donc le moteur tourner à l'arrêt.

«Mieux vaut les conduire»

Ce phénomène prend de plus en plus d'ampleur au Japon et inquiète les services de location. «Nous ne recommandons pas à nos clients de louer des véhicules à des fins autres que les voyages», explique au journal un porte-parole d'Orix. «Nous pensons qu'il est préférable d'utiliser nos voitures pour la conduite.» Surtout qu'à la base, elles sont plutôt faites pour cela. Ou alors, il faudrait louer des boxes équipés.

Créé: 09.07.2019, 07h11

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.