Lundi 23 juillet 2018 | Dernière mise à jour 17:29

Nucléaire iranien Trump confirme la levée des sanctions

Donald Trump a décidé vendredi de ne pas toucher à l'accord nucléaire conclu en 2015 avec l'Iran, tout en lançant un ultimatum.

Donald Trump n'a jamais caché son opposition à l'accord conclu sous l'administration Obama.

Donald Trump n'a jamais caché son opposition à l'accord conclu sous l'administration Obama. Image: AFP

Réaction iranienne

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a accusé vendredi le président américain Donald Trump de chercher «désespérément» à saboter l'accord sur le nucléaire iranien qui «ne peut être renégocié».

«La politique de Trump et l'annonce faite ce jour représentent des tentatives désespérées de saboter un accord multilatéral solide», a déclaré M. Zarif sur Twitter, peu après que le président américain a confirmé la suspension des sanctions contre l'Iran levées dans le cadre de l'accord, prévenant toutefois qu'il s'agit «de la dernière suspension qu'il signerait».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les Etats-Unis restent pour l'instant dans l'accord historique de 2015 sur le nucléaire iranien mais Donald Trump a lancé vendredi un ultimatum aux Européens afin qu'ils l'aident à le durcir dans les prochains mois s'ils veulent éviter un retrait pur et simple de Washington.

Le président américain a confirmé la suspension des sanctions économiques contre l'Iran levées dans le cadre de cet accord conclu avec Téhéran et les autres grandes puissances (Chine, Russie, France, Allemagne et Royaume-Uni). Mais la Maison Blanche a prévenu qu'il s'agit «de la dernière suspension».

«C'est la dernière chance», a lancé Donald Trump dans un communiqué, exigeant un «accord» avec les Européens pour «remédier aux terribles lacunes» du texte, que tous les autres signataires défendent mordicus car il est censé empêcher l'Iran de se doter de l'arme atomique.

Damoclès

«En l'absence d'un tel accord» avec les Européens, les Etats-Unis réimposeront les sanctions liées au nucléaire iranien, a-t-il prévenu, ce qui signerait la mort immédiate du pacte conclu il y a deux ans et demi à Vienne. «Et si à tout moment j'estime qu'un tel accord n'est pas à notre portée, je me retirerai de l'accord» de 2015 «immédiatement», a-t-il menacé.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a aussitôt dénoncé «des tentatives désespérées de saboter un accord multilatéral solide» qui, a-t-il insisté, «ne peut être renégocié».

Concrètement, l'ultimatum américain laisse 120 jours, jusqu'à la prochaine échéance de suspension des sanctions, pour trouver une entente avec les Européens sur «un accord de suivi» visant à durcir les conditions du texte initial, a expliqué un haut responsable de l'administration américaine. Et ce, sans inclure dans le processus les Iraniens, pourtant signataires de l'accord de Vienne.

«Soutien au terrorisme»

Parallèlement, Donald Trump a appelé une nouvelle fois le Congrès américain à adopter une loi durcissant unilatéralement les exigences à l'égard de l'Iran et permettant à Washington de rétablir automatiquement les sanctions sur le nucléaire si Téhéran ne respecte pas ces conditions.

Autant de demandes jugées «irréalistes» par le groupe de pression Diplomacy Works, créé par l'ex-secrétaire d'Etat américain John Kerry pour défendre l'accord de Vienne.

Donald Trump juge que le pacte conclu par l'administration de son prédécesseur démocrate Barack Obama n'est pas assez sévère et qu'il a mené la communauté internationale à fermer les yeux sur l'action «déstabilisatrice» de l'Iran au Moyen-Orient et sur le développement de missiles balistiques par Téhéran.

«Le régime iranien est le premier Etat soutien du terrorisme au monde», a-t-il réaffirmé vendredi.

Des sanctions en cachent d'autres

Le président républicain avait donc refusé mi-octobre de «certifier» devant le Congrès que le régime iranien respectait l'accord. Mais jusqu'ici, cette «non-certification» est restée symbolique.

S'il a accepté, à contre-coeur, de signer une «dernière» fois leur suspension, il a aussi choisi de maintenir la pression en imposant de nouvelles sanctions ciblées non liées au programme nucléaire - ce que les autorités iraniennes considèrent comme une manière indirecte de les empêcher de profiter des nombreuses retombées positives attendues de l'accord.

Le Trésor américain a ainsi sanctionné vendredi 14 personnes ou entités iraniennes pour des «violations des droits de l'homme» ou en lien avec le programme balistique de Téhéran.

Ces mesures visent notamment le chef de l'Autorité judiciaire Sadegh Amoli Larijani. Selon un haut responsable de l'administration Trump, cela revient à frapper «le sommet du régime» et «aura des conséquences politiques sérieuses».

La prison de Rajaee Shahr, où «sont emprisonnés de nombreux Iraniens qui ont récemment protesté contre leur gouvernement», dans une vague de manifestations qui a fait 21 morts, est aussi visée.

Reste à connaître les conséquences des annonces américaines.

Prudence européenne

Berlin et Londres ont défendu vendredi l'accord nucléaire, tout en précisant prudemment vouloir «discuter» avec leurs partenaires européens.

Réunis jeudi à Bruxelles, les Européens avaient de nouveau fait bloc autour de l'accord de Vienne, rappelant que l'Agence internationale pour l'énergie atomique (AIEA) confirme régulièrement son respect par Téhéran.

L'Union Européenne va mener des consultations internes, a affirmé un porte-parole vendredi, précisant que l'UE était «engagée dans la continuation de la mise en oeuvre pleine et effective» du pacte scellé en 2015.

Mais les ministres européens ont aussi évoqué les nombreux autres sujets de contentieux, comme pour mieux signifier à Washington qu'ils entendent ses critiques véhémentes. Ils ont fait part à Mohammad Javad Zarif de leurs «préoccupations» sur les missiles balistiques, sur les récentes manifestations, ou encore sur le soutien iranien au régime du président syrien Bachar el-Assad, au Hezbollah libanais et à la rébellion houthie au Yémen.

Violation de l'embargo au Yémen

Selon un rapport de l'ONU auquel l'AFP a eu accès vendredi, l'Iran a violé l'embargo sur les armes des Nations unies au Yémen en laissant les rebelles s'approvisionner en drones et missiles balistiques tirés vers l'Arabie saoudite.

L'Allemand Sigmar Gabriel s'est prévalu d'un accord de principe de la part de Mohammad Javad Zarif pour commencer un «dialogue» sur «un changement de comportement dans la région». «Ceci n'a rien à voir avec l'accord sur le nucléaire», a-t-il expliqué, «mais il y a un besoin urgent de le faire». (afp/nxp)

Créé: 12.01.2018, 09h06

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.