Mercredi 21 août 2019 | Dernière mise à jour 00:34

Californie Les lignes électriques à la source du feu à Paradise

L'incendie meurtrier de novembre à Paradise a bien été déclenché par des lignes électriques, selon les pompiers.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'incendie qui a détruit en novembre dernier la petite ville de Paradise, dans le nord de la Californie, faisant 85 morts et ravageant plus de 60'000 hectares de végétation, a été causé par des lignes électriques appartenant au fournisseur d'énergie PG&E, selon les conclusions de l'enquête menée par les pompiers.

Pacific Gas and Electric Company (PG&E), basée à San Francisco, avait déjà reconnu que ses installations étaient probablement à l'origine de cette catastrophe, baptisée «Camp Fire», qui s'était déclenchée à l'aube du 8 novembre 2018.

«Après une enquête très méticuleuse et poussée», le département des forêts et de lutte contre les incendies (CalFire) «a déterminé que le Camp Fire a été provoqué par des lignes électriques appartenant et dépendant de la Pacific Gas and Electric Company (PG&E)», écrivent les pompiers dans un communiqué publié mercredi.

Le plus meurtrier de l'histoire

Selon les enquêteurs de CalFire, la végétation très sèche et un vent fort ont notamment contribué à la propagation «extrêmement rapide» de ce feu, qui a rejoint un peu plus loin un autre point d'incendie, là encore provoqué par des lignes de PG&E.

«Le Camp Fire est l'incendie le plus meurtrier et le plus destructeur de l'histoire de la Californie», assurent les pompiers, rappelant qu'il a réduit en cendres plus de 18'800 bâtiments.

Le rapport d'enquête n'a pas été rendu public mais transmis aux services du procureur du comté de Butte, chargé des investigations et qui doit décider des suites judiciaires.

Vers des poursuites pénales

Ces conclusions des pompiers pourraient aboutir à des poursuites pénales contre PG&E, visée par de nombreuses plaintes de victimes, de sociétés d'assurances ou de collectivités locales qui l'accusent de négligences chroniques dans la gestion de ses installations.

Déjà condamné à plusieurs reprises pour ses manquements, le fournisseur d'énergie a notamment été reconnu coupable de 739 cas de «négligence criminelle» pour un incendie en 1994. Si sa responsabilité dans le Camp Fire devait être établie, PG&E s'exposerait à plusieurs dizaines de milliards de dollars d'indemnités.

Fin janvier, la société a d'ailleurs pris les devants en se mettant en faillite sous la protection du «chapitre 11», une disposition de la loi américaine qui permet à une organisation de continuer à fonctionner normalement à l'abri de ses créanciers. (afp/nxp)

Créé: 16.05.2019, 01h25

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.