Mardi 7 avril 2020 | Dernière mise à jour 18:35

Roumanie Limogé pour ne pas avoir pris une disparition au sérieux

Un chef de la police roumaine a été destitué de ses fonctions pour avoir pris à la légère l'enlèvement d'une adolescente de 15 ans.

«Les démissions de tous ceux ayaient mal géré ce cas aux suites tellement dramatiques sont obligatoires», a déclaré le président roumain Klaus Iohannis.

«Les démissions de tous ceux ayaient mal géré ce cas aux suites tellement dramatiques sont obligatoires», a déclaré le président roumain Klaus Iohannis. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le chef de la police roumaine Ioan Buda a été limogé par le ministre de l'Intérieur après une série de bourdes de ses subordonnés qui ont échoué à sauver la vie d'une fillette dont les parents avaient annoncé la disparition.

«J'ai proposé le limogeage du chef de la police et du préfet du département d'Olt (...) car des mesures drastiques s'imposent», a déclaré tard vendredi soir le ministre Nicolae Moga.

Enlevée par un chauffeur

Un suspect âgé de 65 ans était entendu par les enquêteurs samedi matin, selon les médias. Alexandra, 15 ans, avait été enlevée mercredi par le chauffeur d'une voiture alors qu'elle faisait de l'autostop pour rentrer chez elle, à Dobrosloveni (sud), a indiqué la police.

Jeudi matin elle avait réussi à appeler trois fois le numéro d'urgence 112 et donné aux policiers des indices quant à l'endroit où elle était séquestrée. «Il arrive, il arrive», avait-elle crié, avant que la communication ne s'interrompe, a confié Ioan Buda aux journalistes. Selon des membres de la famille d'Alexandra, la police aurait pris à la légère cette affaire et ne serait intervenue que très tard.

Après avoir mené des perquisitions à trois adresses erronées, les policiers ont enfin localisé la maison décrite par l'adolescente, plus de douze heures après ses coups de fil. Ils ont ensuite demandé un mandat de perquisition et attendu l'aube avant d'entrer dans cette maison, invoquant des contraintes légales, alors qu'il s'agissait d'une urgence où ces précautions n'étaient pas nécessaires. Dix-neuf heures étaient passées depuis la dernière communication avec Alexandra.

Restes humains retrouvés

Les enquêteurs ont découvert sur place des «restes humains», qui doivent être analysés, ainsi que des bijoux ayant appartenu à la fillette, selon la police. Interrogé sur place, le suspect a refusé de répondre aux questions des enquêteurs.

«Les démissions de tous ceux ayaient mal géré ce cas aux suites tellement dramatiques sont obligatoires», a lancé le président Klaus Iohannis , mettant également en cause le chef du service de télécommunications spéciales (STS), pour l'échec à localiser avec précision l'endroit d'où avait appelé la fillette.

Selon la police, une deuxième adolescente, dont les parents avaient signalé la disparition il y a trois mois dans la même région, aurait pu être enlevée par le même suspect. (afp/nxp)

Créé: 27.07.2019, 10h25

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.