Samedi 19 octobre 2019 | Dernière mise à jour 11:18

France Macron à Besançon la veille des blocages

Le président de la République se rend vendredi dans le Doubs, un jour avant les actions tant redoutées des «gilets jaunes».

Emmanuel Macron vient dans la région où le mouvement des «gilets jaunes» est né.

Emmanuel Macron vient dans la région où le mouvement des «gilets jaunes» est né. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Emmanuel Macron arrive vendredi à Besançon (Doubs) pour inaugurer le musée rénové des Beaux-arts et d'archéologie, à la veille du mouvement des «gilets jaunes», qui s'annonce suivi dans la région et dont l'ampleur reste une inconnue inquiétante pour l'exécutif.

Attendu vers 11 heures, le chef de l'État doit prononcer un discours devant un millier de personnes sous un chapiteau dressé en centre-ville, place de la Révolution, aux côtés de son nouveau ministre de la Culture, Franck Riester. Une intersyndicale de quatre syndicats a appelé ses membres à manifester en ville contre la politique d'Emmanuel Macron.

C'est à Dole, à 50 kilomètres de là, que début octobre Fabrice Schlegel a lancé le mouvement des «gilets jaunes» dans la région en appelant au blocage des routes par un post sur les réseaux sociaux. Les protestataires, soutenus par les partis d'opposition, appellent à bloquer routes et points stratégiques samedi partout en France au cours d'une «mobilisation générale» citoyenne contre la hausse des prix des carburants.

À Besançon, le chef de l'État aura l'occasion de montrer la manière dont il entend améliorer ses relations avec les Français, comme il l'a promis dans son interview sur TF1. «Pas tout à Paris», a-t-il assuré mercredi soir, en prônant une «réconciliation entre la base et le sommet» en allant «au plus près» des Français. Il en profitera aussi pour rencontrer des élus locaux, en pleine période de tensions avec des collectivités qui se sentent délaissées.

En terre amicale

Emmanuel Macron a décidé de ne pas se rendre au Congrès des maires de France la semaine prochaine, laissant sa place à son Premier ministre Édouard Philippe, mais de s'adresser à plusieurs centaines de maires reçus à l'Élysée mercredi soir.

Le chef de l'État retourne sur le terrain une semaine après sa longue «itinérance mémorielle» dans l'est et le nord, un voyage qui l'a confronté à la colère de Français mécontents de la hausse des taxes sur carburants et de la baisse de leur pouvoir d'achat.

Emmanuel Macron vient en terre amicale: il sera accueilli par le maire de Besançon, Jean-Louis Fousseret, un partisan de la première heure, qui dirige aussi l'institut de formation des cadres de La République en Marche.

En visitant le musée des Beaux-arts, qui rouvre vendredi au public après quatre ans de rénovation, il s'exprimera sur sa politique culturelle, thème qui lui est cher mais rarement abordé. Il devrait souligner la préservation du budget de la Culture, qui augmentera de 0,5% en 2019, à 3,63 milliards ou les aides aux bibliothèques. (afp/nxp)

Créé: 16.11.2018, 10h46


Sondage

Elections fédérales: allez-vous voter?



Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.