Mardi 18 juin 2019 | Dernière mise à jour 09:02

«D-Day» en Normandie Macron et Trump célèbrent la liberté retrouvée

Les vétérans du Débarquement, dont certains sont centenaires, ont été très longuement applaudis ce jeudi en Normandie. Le 75e anniversaire du Jour J a été célébré dans l'émotion.

Emmanuel Macron aux Vétérains: «Nous savons ce que nous vous devons à vous, vétérans: notre liberté. Au nom de notre pays, je veux juste vous dire merci»

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La France et les Etats-Unis ont célébré jeudi à l'unisson, et dans l'émotion, le 75e anniversaire du Débarquement allié sur les plages de Normandie. Les deux pays se sont efforcés de mettre en sourdine leurs divergences, de l'Iran au climat.

«Vétérans, nous savons ce que nous vous devons: la liberté», a lancé, en anglais, le président français Emmanuel Macron depuis le cimetière américain de Colleville-sur-Mer (nord-ouest). Il a ensuite décoré des anciens combattants de la Légion d'Honneur française sous les applaudissements nourris des intéressés, réunis dans le grand cimetière américain d'Omaha Beach, à Colleville-sur-Mer (nord-ouest de la France).

«Au nom de mon pays, je veux simplement vous dire merci», a-t-il ajouté, sous un grand ciel bleu dans ce site majestueux surplombant Omaha Beach qui compte 9387 croix ou étoiles de David blanches parfaitement alignées.

«Fierté de la Nation»

«Vous êtes la fierté de notre Nation», leur a lancé à son tour le président américain qui, citant les noms des héros du 6 juin 1944, a provoqué les larmes des survivants rassemblés à la tribune officielle.

Parmi eux, Jack Ewald, 94 ans, qui a débarqué à Omaha Beach, n'aurait manqué ces cérémonies «pour rien au monde». Mais il ne se voit pas en héros: «Nous n'avons rien fait de spécial. Nous nous sommes protégés les uns les autres», a-t-il assuré à l'AFP.

Étape clé de la libération de l'Europe, ce débarquement est le plus important de l'histoire par le nombre de navires engagés: 6939 navires ont débarqué 132'700 hommes sur les plages de Normandie.

Infographie didactique sur le Débarquement de Normandie

Ovation

Temps fort des commémorations entamées mercredi en France et au Royaume-Uni, Donald et Melania Trump, arrivés main dans la main en Normandie, ont accueilli au cimetière de Colleville - territoire américain en France - le couple Macron pour une cérémonie marquée par l'émotion et par la chaleur des échanges entre les chefs d'Etat.

Devant des milliers de personnes recueillies, les vétérans américains assis aux premiers rangs de la tribune officielle avec leurs décorations et des casquettes «World War II Veteran», ont été longuement salués par les deux chefs d'Etat et ovationnés par la foule debout.

«Il y a 75 ans jour pour jour, sur ces côtes, sur ces falaises, 10'000 hommes ont versé leur sang et des milliers ont sacrifié leur vie pour leurs frères, leur pays, et pour la survie de la liberté», a déclaré le chef de la Maison Blanche.

Sous un ciel lumineux, fanions français et américains ont été dressés au pied des 9387 croix blanches et étoiles de David sur le site majestueux du cimetière, parfaitement alignées sur le gazon vert face à la mer autrefois rougie par le sang.

Liens «indestructibles»

Cette journée de souvenir et d'hommage au sacrifice des milliers de jeunes gens, qui débarquèrent sous la mitraille et dans la tempête a, provisoirement au moins, masqué les profondes divergences politiques entre l'Amérique et ses Alliés.

Au nom de la «promesse de Normandie», «nous ne devons jamais cesser de faire vivre l'alliance des peuples libres», a lancé M. Macron, citant en exemple les Nations unies, l'Otan et l'Union européenne, autant d'institutions que Donald Trump critique régulièrement.

Les liens franco-américains sont «indestructibles», a assuré en retour Donald Trump, s'abstenant à cette occasion de ses tweets intempestifs. Macron et Trump ont, lors de leur tête-à-tête un peu plus tard à Caen, insisté sur leur bonne entente, s'efforçant de minimiser leurs désaccords, pourtant marqués sur le dossier iranien par exemple.

«Les relations entre vous et moi, et celles entre la France et les Etats-Unis, sont exceptionnelles», a estimé Donald Trump lors de cette rencontre. «Je tiens beaucoup à la relation historique» entre la France et les Etats-Unis, lui a répondu Emmanuel Macron.

Jeudi matin, Emmanuel Macron avait rencontré deux vieux soldats dont Léon Gautier, âgé de 21 ans lors du Débarquement et l'un des trois survivants du commando Kieffer - un groupe de volontaires français entraîné en Ecosse.

Pose d'une pierre

Auparavant, le président français et la Première ministre britannique Theresa May avaient lancé la journée en posant la première pierre d'un monument dédié au souvenir des militaires britanniques du Jour J.

S'exprimant brièvement en anglais, Emmanuel Macron avait réaffirmé la solidité «des liens singuliers» entre la France et le Royaume-Uni, malgré la perspective du Brexit: «Quoiqu'il arrive, nous serons toujours côte à côte parce que c'est notre destin commun», a-t-il promis.

Theresa May n'a fait de son côté aucune allusion à son départ prochain de ses fonctions, saluant dans son discours le «courage» et le «dévouement» des 156'000 hommes, dont 83'000 du Royaume-Uni et du Commonwealth, ayant débarqué en Normandie le «D-Day» («Jour J»).

De leur côté, le Premier ministre français Edouard Philippe et son homologue canadien Justin Trudeau ont célébré les 14'000 Canadiens débarqués le 6 juin. (ats/nxp)

Créé: 06.06.2019, 14h48

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.