Jeudi 21 mars 2019 | Dernière mise à jour 20:27

France Macron interpellé au sujet de sa position sur la Syrie

Des intellectuels français et syriens reprochent au président français son revirement à propos de Bachar el-Assad.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une centaine d'intellectuels et spécialistes français ou syriens ont adressé une lettre ouverte au président Emmanuel Macron pour critiquer son revirement vis-à-vis du président syrien Bachar el-Assad, qu'ils qualifient d'«erreur d'analyse majeure».

Dans cette tribune publiée lundi par le journal Libération, chercheurs, journalistes et écrivains démontent point par point l'analyse du dossier syrien effectuée par le président français dans une récente interview au quotidien Le Figaro.

M. Macron avait notamment déclaré qu'il ne voyait pas de «successeur légitime» à Bachar el-Assad, et que ce dernier n'était pas «l'ennemi» de la France, mais celui du peuple syrien. «C'est une erreur d'analyse majeure qui non seulement affaiblira la France sur la scène internationale mais n'endiguera en aucune manière le terrorisme», écrivent les signataires, dont l'écrivaine et l'intellectuel syriens Samar Yazbek et Yassin al-Haj Saleh, les chercheurs Ziad Majed, Vincent Geisser ou Leïla Seurat, les journalistes Edith Bouvier ou Garance Le Caisne.

Crimes «largement documentés»

«En reconnaissant la légitimité de Bachar el-Assad, alors même que ses crimes sont largement documentés, vous placez la France dans la position d'Etat complice», déplorent-ils. «Vous déclarez vouloir poser deux lignes rouges, les armes chimiques et l'accès humanitaire . Celles-ci ont été franchies depuis longtemps en toute impunité. Vous en excluez d'autres: bombardements des populations civiles, tortures et incarcérations de masse, sièges de villes, enrôlements forcés... ces exactions sont tout autant inacceptables», dénoncent-ils.

Ils reprochent à M. Macron d'aligner la diplomatie française sur les positions américaine et russe, en donnant «un blanc-seing» au régime au nom de la lutte antiterroriste, alors que selon eux Assad «n'est pas l'ennemi du terrorisme, il en est le promoteur». Enfin, les signataires reprochent au président français d'«infantiliser tout un peuple». «Vous n'envisagez pas qu'il puisse désigner lui-même un successeur légitime à Assad», s'indignent-ils.

La guerre en Syrie a fait depuis mars 2011 plus de 320'000 morts et des millions de déplacés et réfugiés. (afp/nxp)

Créé: 03.07.2017, 10h47

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.