Lundi 30 mars 2020 | Dernière mise à jour 15:52

France Macron s'engage contre «l'islam politique»

Le président français a annoncé ce mardi des mesures contre le «séparatisme islamiste», notamment la fin de l'accueil des imams envoyés par certains pays.

Emmanuel Macron a tenu son discours sur la radicalisation de l'islam ce mardi à Mulhouse.
Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«L'islam politique n'a pas sa place» en France, a affirmé mardi Emmanuel Macron à Mulhouse (est). Le président français a annoncé des mesures contre le «séparatisme islamiste», un dossier politiquement sensible à l'approche des élections municipales.

Le président français a notamment annoncé la fin progressive des «imams détachés», c'est-à-dire envoyés par d'autres pays comme la Turquie et l'Algérie, sans préciser à quelle date cette mesure serait appliquée. Sera également mis fin l'accueil des quelque 300 «psalmodieurs» reçus chaque année durant la période du ramadan. Il a également souhaité augmenter parallèlement le nombre d'imams formés en France.

«Notre ennemi est le séparatisme» mais «faire un plan contre l'islam serait une faute profonde», a déclaré le président français dans un discours devant des responsables locaux et des habitants du quartier sensible de Bourtzwiller, à Mulhouse.

«Dans la République, on ne peut pas accepter qu'on refuse de serrer la main à une femme parce qu'elle est femme; dans la République, on ne peut pas accepter que quelqu'un refuse d'être soigné ou éduqué par quelqu'un; dans la République, on ne peut pas accepter la déscolarisation; dans la République, on ne peut pas exiger des certificats de virginité pour se marier; dans la République, on ne doit jamais accepter que les lois de la religion puisse être supérieures aux lois de la République, c'est aussi simple que ça», a-t-il énuméré.

Au contact des habitants

Avant ce discours, le chef de l'Etat s'était rendu au contact des habitants, où, au cours d'un bain de foule d'une heure, il a tenu à affirmer que la lutte contre le «séparatisme islamiste» n'était pas dirigée contre les musulmans.

«L'islam traverse une crise avec une radicalisation de certains et des mouvements très durs qui veulent aller vers l'islam politique. Je dis juste que, chez nous, l'islam politique n'a pas de place», a-t-il déclaré, accompagné de plusieurs membres du gouvernement.

Cette «visite de terrain» est la première étape d'une séquence qui s'étendra au delà des élections municipales des 15 et 22 mars, durant laquelle le chef de l'Etat détaillera la stratégie du gouvernement contre la radicalisation et l'islam politique.

Depuis le début du quinquennat, les oppositions de droite pressent Emmanuel Macron d'affirmer sa politique sur ce sujet, le taxant de laxisme. Le débat s'est encore durci ces derniers mois, alimenté par de vives polémiques sur la présence de listes communautaristes aux municipales ou sur le port du voile par une mère accompagnant une sortie scolaire. (ats/nxp)

Créé: 18.02.2020, 20h21

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.