Mardi 24 avril 2018 | Dernière mise à jour 18:08

France Hollande et Macron déposent ensemble une gerbe

Le nouvel élu assistait lundi matin aux cérémonies du 8 mai aux côtés du président sortant François Hollande.

Galerie photo

Revivez la présidentielle française: Macron élu président face à Marine Le Pen

Revivez la présidentielle française: Macron élu président face à Marine Le Pen Le candidat centriste a été élu président de la République française face à la candidate d'extrême droite.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

A peine élu, Emmanuel Macron a assisté lundi matin aux cérémonies du 8 mai au côté du président sortant François Hollande. Il devra ensuite s'atteler à la composition de son gouvernement en vue des législatives.

François Hollande, dont le mandat s'achève officiellement dimanche à minuit, a annoncé en marge des cérémonies que la passation de pouvoirs aurait lieu ce jour-là.

Selon les résultats définitifs du ministère de l'Intérieur, M. Macron a été élu avec 66,1% des voix, contre 33,9% à Marine Le Pen. Bien que largement battue, la candidate du Front national (FN) dépasse largement son record du premier tour.

Abstention record

Le dénouement de cette élection a été marqué par une forte abstention (25,44%), la plus élevée pour un second tour depuis 1969. Les blancs et nuls approchent les 9% des inscrits, un record pour une présidentielle. Au total, plus d'un Français sur trois a refusé de choisir entre les deux candidats.

Angela Merkel «très heureuse»

La chancelière allemande Angela Merkel s'est déclarée lundi très heureuse de la victoire électorale d'Emmanuel Macron. Elle porte selon elle les espoirs de millions de Français mais aussi de nombreux Allemands.

Elle a confirmé que le nouveau président se rendrait tout prochainement en visite en Allemagne, et a exprimé son souhait d'aider la France à combattre le chômage, notamment chez les jeunes.

Dimanche soir déjà, Emmanuel Macron avait eu un échange téléphonique d'une dizaine de minutes avec la chancelière allemande et indiqué qu'il effectuerait rapidement une visite à Berlin.

Lundi matin, le président élu accompagnait le chef de l'Etat aux commémorations du 72e anniversaire de la victoire du 8 mai 1945. Après une poignée de mains et une accolade, ils ont déposé ensemble une gerbe devant la tombe du soldat inconnu et rallumé la flamme sous l'Arc de Triomphe. Ils seront également ensemble mercredi lors de la Journée nationale des mémoires de l'esclavage.

Ils ont aussi serré la main de nombreux élus, parmi lesquels le chef du gouvernement Bernard Cazeneuve et son prédécesseur Manuel Valls, ainsi que l'ancien président Nicolas Sarkozy, qui lui «souhaite du fond du coeur le meilleur pour la France», mais sait «d'expérience» que «le difficile commence».

Premier ministre à nommer

Plus jeune président de l'histoire de la République (39 ans), Emmanuel Macron doit désormais dévoiler le nom de son premier ministre, attendu dimanche, et la composition du futur gouvernement avant de solliciter une majorité aux législatives (11-18 juin).

Secrétaire général d'En Marche!, Richard Ferrand n'a pas exclu un premier ministre de droite. Une quasi-exigence pour Bruno Le Maire, l'un des Républicains ayant clairement manifesté sa disponibilité pour intégrer le gouvernement.

Emmanuel Macron doit également s'atteler aux investitures de son parti pour les élections législatives. Le dépôt officiel des candidatures est fixé le 19 mai.

En Marche! veut construire «une majorité composée de femmes et d'hommes qui viennent du PS, des Républicains, du centre, mais aussi qui viennent - et ce sera au moins la moitié de nos candidats - de la société civile» pour «sortir de cet entre-soi politique», a rappelé le député Christophe Castaner, son porte-parole.

Selon un sondage Kantar Sofres-OnePoint, En Marche! recueillerait entre 24% et 26% des intentions de vote aux législatives, devant Les Républicains (22%), le FN (21-22%), la France insoumise (13%-15%) et le PS (8-9%).

Partis partagés

A droite, Les Républicains sont partagés. Mais «si on part sur le mot 'exclusion' plutôt que sur le mot 'rassemblement', c'est la radicalisation pour les législatives telle que nous l'avons eue pour la présidentielle» avec «un échec assuré», selon le président de Provence Alpes-Côte d'Azur Christian Estrosi.

Au PS également, le parti se trouve à l'heure des choix. Pour l'actuel premier ministre Bernard Cazeneuve, qui doit conduire la bataille des législatives, pas question de se draper dans une posture d'opposant à M. Macron. Mais Benoît Hamon appelle à un «maximum de candidatures d'union à gauche», mélenchonistes compris.

Au FN, après l'annonce de Mme Le Pen de vouloir «transformer» le parti dans un mouvement plus large, le numéro 2 Florian Philippot a jugé que «beaucoup sont demandeurs d'une structure encore plus rassembleuse, encore plus performante pour pouvoir accéder au pouvoir».

Démission d'En Marche!

L'une des premières mesures annoncées par M. Macron est le dépôt d'une loi sur la «moralisation politique». Il souhaite aussi «dès l'été» réformer le droit du travail par ordonnances, malgré l'opposition à gauche et les réserves de son allié François Bayrou, qui prône le «dialogue».

François Hollande a conseillé à Macron d'agir dans la continuité de son quinquennat, avec le souci de rassembler les Français.

Lundi, Emmanuel Macron doit par ailleurs démissionner de la présidence d'En Marche! (ats/nxp)

Créé: 08.05.2017, 07h52

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.