Mercredi 1 avril 2020 | Dernière mise à jour 11:10

France Macron souhaite un référendum sur le climat

Emmanuel Macron a promis ce vendredi soir aux 150 membres de la Convention citoyenne pour le Climat de s'engager.

Emmanuel Macron: «Je pense qu'il faut sur quelques mesures en appeler à un référendum, car c'est ce qui permettra de partager avec tout le monde la préoccupation sur le sujet.»

Emmanuel Macron: «Je pense qu'il faut sur quelques mesures en appeler à un référendum, car c'est ce qui permettra de partager avec tout le monde la préoccupation sur le sujet.» Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président français Emmanuel Macron s'est déclaré en faveur d'un référendum sur certaines des propositions que fera la Convention citoyenne sur le climat (CCC). Il s'est exprimé lors de sa première rencontre vendredi soir avec les 150 Français participant à cette convention.

«Je pense qu'il faut sur quelques mesures en appeler à un référendum, car c'est ce qui permettra de partager avec tout le monde la préoccupation sur le sujet», a-t-il dit lors d'une séance de questions-réponses avec les membres de la Convention au Cese (Conseil économique, social et environnemental) à Paris.

Le chef de l'Etat a rappelé la possibilité de deux types de référendum: l'un portant sur un texte de loi, à valeur décisionnaire, et l'autre sur une ou plusieurs propositions, avec une simple valeur indicative.

«Si vous me demandez de soumettre quelque chose à référendum, je peux tout à fait le décider. Mais il y aura deux cas de figure. Soit ce qui a été préparé est un texte de loi. Le jour où il est voté par le peuple, il s'applique sans filtre», a-t-il dit.

Autre option, «si c'est juste une proposition ou une série de propositions, le référendum n'a pas valeur législative, il a valeur consultative». «Ca ne s'est jamais fait mais je suis prêt à aller dans cette direction.»

Loi au Parlement

«Le référendum, éclairant, créera sur ces sujets un arc électrique, une pression», a-t-il lancé, mais «il faudra ensuite construire une loi qui sera soumise au Parlement».

Il répondait ainsi à des citoyens qui lui demandaient s'il s'engageait vraiment à relayer leurs propositions «sans filtre» aux Français, soit par des règlements, soit par des lois soumises au Parlement, soit par référendum.

Il a ajouté qu'en revanche il n'était pas favorable au «référendum d'initiative citoyen» que demandaient les «gilets jaunes». «Sur le RIC, j'ai été très réservé, parce qu'il faudra toujours des gens pour endosser des décisions difficiles; ce n'est pas parce qu'on fera des référendums tous les mois qu'on répondra aux problèmes». (ats/nxp)

Créé: 10.01.2020, 21h45

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.