Dimanche 22 septembre 2019 | Dernière mise à jour 11:13

Italie Macron «très mauvais président», selon Salvini

Le ministre italien de l'Intérieur a ouvertement critiqué le président français, mardi, au lendemain d'une nouvelle passe d'armes entre la France et l'Italie.

Salvini s'est exprimé dans une vidéo publiée sur Facebook.

Salvini s'est exprimé dans une vidéo publiée sur Facebook. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini a dit mardi espérer que le peuple français se libère bientôt d'un «très mauvais président», au lendemain d'une nouvelle passe d'armes entre la France et l'Italie.

«J'espère que les Français pourront se libérer d'un très mauvais président, et l'occasion est celle du 26 mai (les élections européennes) quand finalement le peuple français pourra reprendre en main son avenir et son destin, son orgueil mal représentés par un personnage comme (Emmanuel) Macron», a affirmé sur Facebook M. Salvini, qui est aussi vice-président du Conseil et patron de la Ligue (extrême droite). «Je suis proche, avec tout mon coeur et tout mon travail, du peuple français, de millions d'hommes et de femmes qui vivent en France avec un très mauvais gouvernement et un très mauvais président de la République», a ajouté M. Salvini dans une vidéo mise en ligne sur sa page Facebook.

France accusée «d'appauvrir l'Afrique»

Cette énième attaque contre le président français, qui signait mardi matin un nouveau traité franco-allemand, intervient après un tir de barrage la veille du Mouvement 5 Etoiles, (M5S, antisystème), l'autre composante de la majorité gouvernementale, et de son chef de file Luigi Di Maio, contre la France «colonialiste».

L'ambassadrice d'Italie en France a été convoquée lundi au ministère français des Affaires étrangères après les propos de M. Di Maio, qui est également vice-président du Conseil, accusant la France «d'appauvrir l'Afrique» et d'aggraver la crise migratoire.

Luigi Di Maio avait souhaité dimanche que l'Union européenne prenne «des sanctions» contre les pays qui, à commencer par la France, sont selon lui à l'origine du drame des migrants en Méditerranée en les «faisant partir» d'Afrique. «Si aujourd'hui il y a des gens qui partent c'est parce que certains pays européens, la France en tête, n'ont jamais cessé de coloniser des dizaines de pays africains», a insisté M. Di Maio, également ministre du Travail et du Développement économique. (afp/nxp)

Créé: 22.01.2019, 14h38

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.