Lundi 6 juillet 2020 | Dernière mise à jour 02:24

Algérie Des magistrats entendent boycotter la présidentielle

L'organisation du scrutin du 4 juillet par un proche du «système» Bouteflika ne rassure pas beaucoup d'Algériens.

Les nouvelles autorités n'inspirent pas confiance aux Algériens pour organiser la 1ere présidentielle après la chute de Bouteflika.
Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des magistrats, maillon important de l'organisation des scrutins en Algérie, vont boycotter la supervision de l'élection présidentielle du 4 juillet, en soutien au mouvement de contestation. Ils l'ont annoncé samedi à Alger.

Le président par intérim Abdelkader Bensalah a annoncé mercredi l'organisation d'un scrutin présidentiel le 4 juillet, pour trouver un successeur à Abdelaziz Bouteflika. Ce dernier a démissionné après avoir été lâché par l'armée à l'issue de plusieurs semaines de manifestations monstres.

Les contestataires sont néanmoins redescendus dans la rue en nombre vendredi, estimant que les dirigeants actuels, issus du «système» Bouteflika, ne peuvent garantir un scrutin libre et équitable.

Plus d'une centaine de magistrats ont manifesté devant le ministère de la Justice à Alger samedi, à l'appel du Club des magistrats, une organisation en cours de constitution. Elle se présente comme l'organe regroupant la majorité des juges en rupture de ban avec le Syndicat national des magistrats (SNM), proche du pouvoir.

«Le Club des magistrats a décidé de boycotter l'opération de supervision de l'élection présidentielle», a déclaré Saad Eddine Merzoug, juge d'instruction à la Cour d'El Oued (nord-est). Et de souligner que le Club des magistrats compte des représentants dans toutes les cours de justice et tous les tribunaux du pays. Il n'a toutefois pas donné de chiffre exact.

Les magistrats jouent un rôle majeur dans l'organisation des scrutins en Algérie, car ils sont notamment chargés de superviser le fichier électoral, point de discorde récurrent entre l'opposition et le pouvoir. Une révision exceptionnelle des listes électorales est prévue du 16 au 24 avril, dans la perspective du scrutin du 4 juillet. (ats/nxp)

Créé: 13.04.2019, 18h01

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.