Vendredi 29 mai 2020 | Dernière mise à jour 21:34

France Mai 68 reste un héritage controversé

Cinquante ans après, les protagonistes de Mai 68 ont disparu du paysage politique en France.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le souvenir de ce printemps 68 sans pareil demeure un sujet de litige entre la gauche et la droite.

Le président Emmanuel Macron échappe à cette bataille mémorielle: quasi silencieux sur la question, il ne s'est rangé ni dans un camp, ni dans l'autre, fidèle en cela à sa stratégie de dépassement des clivages traditionnels.

«Mai 68, ce fut un moment. Il est passé», balaie-t-il dans l'un de ses rares commentaires sur le sujet, prononcé au cours d'un entretien à La Nouvelle Revue française et cité par Le Monde dans son édition du 28 avril. Une distance qui ne l'a pas empêché de recevoir en 2017 le soutien de Daniel Cohn-Bendit, incarnation de la fronde étudiante.

Comme Emmanuel Macron, la plupart des figures politiques aujourd'hui au tout premier plan n'ont pas connu les turbulences de mai, à l'exception de Jean-Luc Mélenchon, alors meneur du mouvement dans son lycée de Lons-le-Saunier (Jura).

Benoît Hamon et Valérie Pécresse n'avaient pas un an quand les pavés ont commencé à pleuvoir sur les CRS, Marine Le Pen et Olivier Faure sont tous deux nés en août 1968, Edouard Philippe en 1970, Laurent Wauquiez en 1975. Et Emmanuel Macron en 1977.

Charge idéologique

D'une génération politique à l'autre, la mémoire de Mai 68 a conservé toute sa charge idéologique - alors même qu'elle est devenue plus consensuelle, si ce n'est évanescente dans le reste de la société.

C'est vrai en particulier à droite et à l'extrême droite où on voit la révolte étudiante et les grèves concomitantes comme le point de départ d'un effondrement de l'autorité, des valeurs et de pratiquement tout le reste. «En finir avec Mai 68 fait partie de notre projet», a encore déclaré Marine Le Pen le mois dernier, à Lille, sous les applaudissements des militants du Front national.

En octobre, Laurent Wauquiez - élu deux mois plus tard président des Républicains (LR) - a lui aussi fustigé les «dégâts» causés selon lui par l'esprit soixante-huitard. «Mai 68, c'est 'il est interdit d'interdire', Mai 68, c'est au fond le début de la déconstruction», a-t-il argué. «Moi, je crois au contraire qu'il faut reconstruire, (...) qu'il faut redonner des repères.»

Valmy et Austerlitz

Interrogé sur les possibles festivités du cinquantième anniversaire, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes avait dit préférer qu'on célèbre les victoires militaires de Valmy et d'Austerlitz ou l'appel du général de Gaulle, en 1940.

Avant lui, Nicolas Sarkozy avait voulu, lors de sa campagne présidentielle de 2007, liquider «l'héritage de Mai 68 qui a introduit le cynisme dans la société et dans la politique», «le culte de l'argent-roi, du profit à court terme, de la spéculation» - avant de passer le sujet sous silence en 2012.

Un paradoxe tant l'ex-président, deux fois divorcé, marié à une ex-mannequin devenue chanteuse, entouré d'une famille recomposée, incarne d'une certaine façon le legs soixante-huitard, ont persiflé à l'époque ses opposants.

«Un tournant»

La critique de mai traverse en réalité toute l'histoire du gaullisme depuis cinquante ans. Car, selon l'historien Jérôme Pozzi, les fidèles du général ont vécu 1968 comme une victoire à court terme - le pouvoir a tenu - mais comme une défaite à plus long terme, symbolisée par l'élection de François Mitterrand treize ans plus tard.

«Mai 68 est un tournant dans l'histoire des droites et notamment dans la famille gaulliste. Il y a cette idée que le mouvement est une remise en cause de la République gaullienne, du bilan du général», selon Jérôme Pozzi, maître de conférences à l'université de Lorraine.

Le thème rencontre d'autant plus d'écho à droite que cet électorat-là est en moyenne plus âgé que les autres, donc plus susceptible d'avoir assisté de près ou de loin aux événements.

Souvenir des barricades

Mais, à gauche aussi, certains dirigeants continuent à agiter le souvenir des barricades. «A Toulouse, l'université est foudroyée par l'autoritarisme macroniste. À quand la destitution des destitueurs ? Vivement mai 68 !», a écrit Jean-Luc Mélenchon sur Twitter, le 20 mars.

«Mai 68 reste une référence pour ce que l'on est en train de construire», a pour sa part déclaré le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, dans une récente interview publiée par Le Monde le 11 avril. «On est toujours sur l'idée de partir des réalités des salariés et de les faire converger. En ce sens, la démarche est similaire.» (ats/nxp)

Créé: 29.04.2018, 08h57

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.