Samedi 4 juillet 2020 | Dernière mise à jour 11:02

France Et maintenant, les très chers costumes de Fillon

Le candidat de la droite s'est fait offrir des costumes pour plusieurs milliers d'euros par un mécène.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le candidat de droite à la présidentielle en France François Fillon, au cœur d'une affaire d'emplois présumés fictifs ayant bénéficié à des proches, s'est fait offrir pour plusieurs milliers d'euros de costumes, affirme la presse dimanche.

Selon l'hebdomadaire Le Journal du dimanche, un mécène a signé le 20 février un chèque de 13'000 euros pour le règlement de deux costumes achetés chez Arnys, un tailleur parisien des quartiers chics. «J'ai payé à la demande de François Fillon», a affirmé cet «ami généreux» au JDD.

Fillon, «passé au scanner»

Le journal assure avoir obtenu confirmation de l'entourage du candidat de la droite à la présidentielle, pour qui «il est exact qu'un de ses amis lui a offert des costumes en février», mais «ça n'a rien de répréhensible». A cela s'ajouteraient selon l'hebdomadaire près de 35'500 euros «réglés en liquide« chez ce tailleur, pour un montant de près de 48'500 euros au total depuis 2012.

Sur ce point, l'entourage de François Fillon sollicité par le JDD a jugé «totalement extravagant» d'affirmer «que certains costumes auraient été payés en espèces». «Ça devient insupportable», a pour sa part réagi le porte-parole du candidat, Luc Chatel, qui a dénoncé sur la radio Europe 1 «une campagne de caniveau». François Fillon, «depuis presque deux mois, est passé au scanner tous les jours», a-t-il jugé.

Mis en examen mercredi?

Le candidat de la droite à la présidentielle est convoqué mercredi par les juges d'instruction en vue d'une possible mise en examen (inculpation) dans l'enquête sur les emplois fictifs présumés de son épouse et de deux de ses enfants, dont la révélation fin janvier a plombé sa campagne.

Ancien favori des sondages, François Fillon a chuté dans les intentions de vote pour le premier tour de la présidentielle du 22 avril. Derrière la candidate d'extrême-droite Marine Le Pen et le centriste Emmanuel Macron, il ne se qualifierait pas pour le second tour du 6 mai, selon les dernières enquêtes.

(afp/nxp)

Créé: 12.03.2017, 13h45

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.