Vendredi 24 mai 2019 | Dernière mise à jour 21:05

Etats-Unis Manafort a partagé des sondages avec un Russe

L'ex-directeur de campagne de Trump, Paul Manafort, a partagé des sondages avec un Russe proche du renseignement.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'ex-directeur de campagne de Donald Trump, Paul Manafort, avait partagé des sondages avec un Russe soupçonné d'être lié aux services de renseignement de Moscou avant la présidentielle de 2016, selon des documents judiciaires rendus publics mardi.

Le procureur spécial Robert Mueller, chargé notamment d'établir s'il y a eu collusion entre des responsables russes et l'équipe de campagne du milliardaire républicain, a reproché le 7 décembre à Paul Manafort d'avoir menti à la police fédérale (FBI) malgré son accord de coopération à l'enquête.

Le procureur l'a accusé d'avoir menti sur ses échanges avec l'un de ses anciens associés, le Russe Konstantin Kilimnik qui est soupçonné par les Etats-Unis d'être lié aux services de renseignement de son pays.

Bug informatique

Dans des documents transmis en défense de leur client, les avocats de Paul Manafort, 69 ans, ont assuré qu'il ne pouvait pas se rappeler de toutes les discussions tenues en 2016. «Le même argument est valable pour l'allégation selon laquelle M. Manafort a menti au sujet du partage avec M. Kilimnik de sondages liés à la campagne présidentielle de 2016», ajoutent-ils dans un paragraphe noirci pour rester confidentiel, mais qu'un bug informatique rend visible.

Cette accusation, inconnue jusque-là, ajoute une touche au tableau esquissé depuis des mois par le procureur Mueller, qui a fait apparaître l'existence de liens multiples entre l'équipe de campagne de Donald Trump et la Russie. Le président des Etats-Unis nie vigoureusement toute collusion et dénonce régulièrement une «chasse aux sorcières».

Dans le cadre de son enquête, Robert Mueller a débusqué plusieurs malversations --notamment bancaires et fiscales-- commises avant 2016 par Paul Manafort qui, dans l'espoir d'une peine allégée, avait accepté de coopérer avec la justice. Mais le procureur l'accuse désormais de ne pas avoir joué le jeu, ce qui pourrait entraîner un verdict plus lourd. (afp/nxp)

Créé: 09.01.2019, 00h19

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.