Lundi 21 janvier 2019 | Dernière mise à jour 01:01

France Manif des «gilets jaunes» interdite à Bourges

L'«Acte 9» des «gilets jaunes» prévu ce samedi dans le centre historique de la ville de Bourges sera totalement interdit.

La préfète du Cher Catherine Ferrier.

La préfète du Cher Catherine Ferrier.

Galerie photo

Les «Gilets jaunes»: les violences continuent

Les «Gilets jaunes»: les violences continuent Né le 18 octobre 2018, le mouvement protestait contre la hausse des prix du carburant annoncé par le gouvernement qui, depuis, a reculé. Mais il représente une colère sociale plus large.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La préfète du Cher Catherine Ferrier a annoncé vendredi l'interdiction de tout rassemblement de «gilets jaunes» samedi dans le centre-ville de Bourges, ville retenue par le collectif «la France en colère» en raison de son emplacement géographique au centre de la France.

«Je prends un arrêté pour interdire tout le centre historique de la ville», a-t-elle précisé sur BFM TV.

«Ce que je vais interdire par arrêté que j'ai signé et qui va être publié, c'est toute manifestation dans le centre-ville, le centre historique», pour permettre la manifestation «qui se veut pacifique avec notamment la CGT, de circuler en dehors, sur les boulevards qui entourent la ville», a déclaré Mme Ferrier.

Vendredi matin, sur la page Facebook «Acte 9: rassemblement des gilets jaunes au centre de la France», 2700 personnes annonçaient leur participation au rassemblement et 13'000 se disaient intéressées.

Manifestation du samedi 5 janvier

«Un rassemblement de tous au centre pour confirmer notre unité et permettre à tous d'être à distance égale en partance des grands villes !», indiquait le groupe, prévoyant un début de rassemblement samedi à 10h.

Le maire de Bourges Pascal Blanc (centre-droit) a déjà pris des mesures dont la fermeture des bâtiments publics, des musées, des bibliothèques, de l'Hôtel de ville et mairies annexes. Le mobilier urbain a été démonté et des chantiers sécurisés «de manière à ce que tout objet qui pourrait se transformer en projectile ne puisse pas être à disposition des manifestants», a-t-il dit sur RTL. (afp/nxp)

Créé: 11.01.2019, 10h48

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters