Vendredi 23 août 2019 | Dernière mise à jour 10:43

Libye Le maréchal Haftar piétine aux portes de la capitale

L'Armée nationale libyenne, toujours bloquée au sud de Tripoli, fait face depuis samedi à une contre-offensive des forces loyalistes.

Libye: les combats redoublent d'intensité au sud de Tripoli.
Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les forces loyales au gouvernement d'union nationale (GNA) en Libye consolidaient dimanche leurs positions après de violents combats contre les troupes du maréchal Khalifa Haftar aux portes de la capitale. Tripoli a été la cible de bombardements aériens nocturnes.

Le 4 avril, l'Armée nationale libyenne (ANL) de M. Haftar, l'homme fort de l'Est, a lancé une offensive contre le GNA de Fayez al-Sarraj, seul gouvernement reconnu par la communauté internationale. Depuis, l'ANL fait face à une résistance farouche des forces du GNA confortées par des renforts venus d'autres villes de l'Ouest.

Les combats, concentrés dans la banlieue sud de Tripoli, ont fait au moins 227 morts et 1128 blessés, dont des civils, et poussé à la fuite quelque 30'000 déplacés, selon l'ONU. Dans son traditionnel message de Pâques, le Pape François a souhaité dimanche «que les armes cessent d'ensanglanter la Libye». Il a exhorté «les parties concernées à choisir le dialogue plutôt que l'oppression, en évitant que s'ouvrent à nouveau les blessures d'une décennie de conflits et d'instabilité».

Le calme après les violences

Les combats ont redoublé de violence samedi après une contre-attaque des forces du GNA qui ont réussi à gagner du terrain, en particulier à Aïn Zara, dans la banlieue sud de Tripoli, où les positions étaient figées depuis plusieurs jours.

Le porte-parole de l'ANL, Ahmad Al-Mesmari, n'a pas reconnu la perte de positions et accusé «l'ennemi de recevoir des renforts des terroristes d'Al-Qaïda, du groupe Etat islamique et de mercenaires étrangers».

Dimanche, le front était calme. «Après une longue journée de succès militaires, nos forces consolident leurs (nouvelles) positions», a indiqué à l'AFP Moustafa al-Mejii, un porte-parole militaire du GNA. Dans la nuit, de fortes explosions ont été entendues depuis le centre-ville. Des témoins ont fait état de raids aériens et d'attaques de drones contre la capitale.

Brève suspension des vols

Selon M. Mejii, il s'agit de frappes d'un hélicoptère de l'ANL équipé d'un matériel de vision nocturne, visant à «terroriser les civils». Il n'y a pas eu de victime. Les vieux avions de chasse russes dont disposent les deux camps, des MiG ou Sukhoï, ne sont pas équipés pour mener des frappes de nuit, d'après des sources militaires.

Par mesure de sécurité, le trafic aérien a été suspendu durant quelques heures dans la nuit à l'aéroport de Mitiga, le seul à desservir Tripoli. Les vols ont ensuite repris, selon des sources aéroportuaires. Cet aéroport à l'est de la capitale avait déjà été la cible le 8 avril d'un raid aérien revendiqué par l'ANL. Depuis, il est ouvert seulement pour les vols nocturnes.

Venues du sud et de l'est de la Libye et s'appuyant sur quelques groupes armés acquis à leur cause dans l'Ouest, les forces du maréchal Haftar ont progressé sans trouver de résistance jusqu'aux portes de la capitale. Les forces du GNA, aidées de milices alliées, ont ensuite lancé des contre-attaques.

Présent en Libye, l'émissaire de l'ONU Ghassan Salamé a mis en garde cette semaine contre un «embrasement généralisé» de ce pays pétrolier plongé dans le chaos avec des milices qui font la loi et une lutte de pouvoir depuis la chute en 2011 du régime de Mouammar Kadhafi après huit mois de révolte.

Appel à une mission de l'ONU

L'impasse persiste au Conseil de sécurité de l'ONU, où le Royaume-Uni s'est efforcé en vain, avec le soutien de l'Allemagne et la France, de faire approuver une résolution réclamant un cessez-le-feu et un accès humanitaire inconditionnel aux zones de combat. Mais les Etats-Unis et Russie, pour une fois sur une même ligne, n'y sont pas favorables, au risque d'affaiblir les efforts de l'ONU dans ce dossier.

Samedi, la Maison Blanche a annoncé un entretien téléphonique lundi entre le président Donald Trump et M. Haftar sur une «vision commune pour la transition de la Libye vers un système politique démocratique et stable». M. Trump a «reconnu le rôle significatif du maréchal Haftar dans la lutte contre le terrorisme et la sécurisation des ressources pétrolières de Libye».

«Nous avons remporté la bataille politique et nous avons convaincu le monde que les forces armées (de l'ANL) combattent le terrorisme», a jugé Ahmad Al-Mesmari. Le GNA a demandé pour sa part au Conseil de sécurité l'envoi d'«une mission onusienne pour enquêter sur les atteintes et les violations commises par les forces de Haftar», qu'il accuse de viser des installations civiles et des quartiers résidentiels. (ats/nxp)

Créé: 21.04.2019, 18h32

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.