Jeudi 22 août 2019 | Dernière mise à jour 15:54

France Marine Le Pen a été entendue par les juges

La présidente du Rassemblement national a été auditionnée mercredi dans une affaire d'emplois fictifs d'assistants d'eurodéputés.

Marine Le Pen est accusée d'avoir «donné des instructions» afin que des eurodéputés engagent comme assistants des personnes «occupant en réalité des emplois» au FN.

Marine Le Pen est accusée d'avoir «donné des instructions» afin que des eurodéputés engagent comme assistants des personnes «occupant en réalité des emplois» au FN. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Marine Le Pen était mercredi après-midi au tribunal de Paris. Elle doit être de nouveau entendue par les juges qui l'ont mise en examen dans l'enquête sur des soupçons d'emplois fictifs d'assistants d'eurodéputés FN (devenu RN), a appris l'AFP de source proche du dossier, confirmant une information de RTL.

Marine Le Pen est arrivée au tribunal peu avant 14 heures, a constaté un journaliste de l'AFP. La présidente du Rassemblement national, qui conteste les faits, s'était refusée à répondre aux questions des juges lors de ses précédents interrogatoires, en juin 2017 et en octobre 2018, indiquant suspendre ses déclarations jusqu'à une décision de la Cour de cassation sur la validité de l'enquête.

Annulation rejetée

Depuis, la Cour a rejeté, le 19 février, les demandes d'annulation de la procédure déposées par le parti frontiste et plusieurs de ses membres. Mise en examen pour «détournements de fonds publics», Marine Le Pen est soupçonnée d'avoir rémunéré sa cheffe de cabinet au FN, Catherine Griset, et son garde du corps, Thierry Légier, entre 2009 et 2016 en utilisant son enveloppe d'ancienne eurodéputée.

Elle est aussi accusée d'avoir «donné des instructions» afin que des eurodéputés engagent comme assistants des personnes «occupant en réalité des emplois» au FN, au siège du parti à Nanterre (Hauts-de-Seine).

Saisis fin 2016, les juges d'instruction soupçonnent le RN et ses dirigeants d'avoir «de manière concertée et délibérée» mis en place un «système de détournement» des enveloppes allouées par l'UE à chaque député pour rémunérer des collaborateurs parlementaires (21'000 euros mensuels), afin de permettre au parti de faire des économies sur ses salaires.

Absence de Jean-Marie Le Pen

Convoqué le 11 avril en vue d'une mise en examen dans cette affaire, Jean-Marie Le Pen, cofondateur du FN, a refusé de se rendre dans le cabinet des juges, se considérant encore protégé par son immunité d'eurodéputé malgré un vote du Parlement européen le 12 mars.

A mi-mars, les juges avaient mis en examen 19 personnes, notamment le trésorier du parti Wallerand de Saint-Just et Louis Aliot, compagnon de Mme Le Pen, pour «détournement de fonds publics» ou complicité.

Le parti a lui aussi été mis en examen dans cette information judiciaire, qui est également ouverte pour «escroquerie en bande organisée», laissant envisager de possibles mises en examen aggravées. Cette liste pourrait encore s'allonger à l'issue de nouvelles convocations, selon une source proche du dossier. (ats/nxp)

Créé: 17.04.2019, 16h26

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.