Vendredi 24 janvier 2020 | Dernière mise à jour 15:31

Législatives françaises Marion Maréchal-Le Pen, la jeune pousse du FN

La petite-fille de Jean-Marie Le Pen, nièce de Marine se présentera aux législatives à Carpentras, fortement épaulée par son grand-père. Portrait.

Chances de réussite

Dans le département du Vaucluse, le Front national a fait un bon score au premier tour des présidentielles dimanche dernier. Marine Le Pen était quasiment à égalité avec Nicolas Sarkozy, avec 27,44%.

A Carpentras, la leader du FN a obtenu 28,53% des voix contre 29,09% pour Nicolas Sarkozy. Une victoire de la jeune Marion n'est donc pas totalement utopique.

Source: Le Figaro.fr

Marion Maréchal-Le Pen candidate aux législatives dans le Vaucluse


Marion Le Pen, nièce de Marine, candidate aux... par BFMTV

La vidéo où Marion craque

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans la famille des Le Pen, on demande la petite fille: Marion Maréchal-Le Pen. Mais les médias ne l’auront pas. Pas d’interview avant le 7 mai. Encore dans les coulisses, la jeune femme se mettra en lumière une fois la scène libre. L’étudiante de 22 ans, blonde, comme sa maman Yann et sa conquérante tante Marine, est chargée de la revanche du Front National à Carpentras.

Ville dans laquelle en 1990, le cimetière juif avait été profané et le FN accusé. Six ans après, quatre néonazis sans aucune relation avec le parti sont condamnés. Mais c’est trop tard, le FN est affaibli. «Complot» clament alors à tour de bras les cadres du parti. Il faut «laver l’honneur». Grand-papa dégotte la petite dernière.

Encore novice

«Elle a l’air mignonette, elle est bien gentille, mais elle va subir un cuisant échec», déclare à BFMTV (cf: vidéo en lien) Jean-Michel Ferrand député UMP sortant du Vaucluse. L’étudiante en droit à l’université Panthéon-Assas est encore une novice en politique, même si elle baigne dans le chaudron FN depuis sa tendre enfance. Pourtant, volage, elle ne s’est pas empêchée d’ «aller voir ailleurs» et a affirmé «avoir eu des amis communistes», au risque de provoquer une attaque à grand-papa.

Sa mère, Yann Le Pen, la cadette des trois sœurs, «sœur jumelle» de Marine comme elle se décrit, élevée aux refrains de la Légion étrangère et à grandes louches de FN, roule depuis toujours pour le parti. Même si elle a choisi par périodes de s’émanciper. Comme cette année, où elle quitte le lycée pour devenir GO au Club Med. Mais la politique de papa la rattrapera. En 1993, elle épouse Samuel Maréchal, président du Front national de la jeunesse. Ils ont trois enfants, dont Marion, puis ils divorcent. Douloureuse réminiscence de l’année 1984.

Hésitations

«J'ai baigné dans la politique depuis que je suis toute petite. C'est pour moi une formidable opportunité de faire mes classes» avait déclaré Marion au Monde en 2009, lors de son lancement officiel en politique. Ses classes, la petite-fille devait les effectuer en deuxième position de la liste FN Ile-de-France pour les régionales de 2010. Elle a échoué. Tant pis.

Peu avant le verdict, elle avait déclaré à France 3 «Pour l'instant, ce n'est vraiment pas mon but. Si je fais des études, ce n'est pas pour m'enfermer dans un carcan politique. J'ai aussi envie d'avoir un métier qui ne me déconnecte pas de la réalité.»

Le peuple n’a pas voulu d’elle, la jeune femme a pu poursuivre ses études. Peut-être, dans l’ombre, a-t-elle aussi peaufiné son programme «très social» visant à redonner le moral à la région Ile-France? Car en 2010, lorsqu’une journaliste demande à la jeune femme des précisions sur celui-ci, Marion doit «réfléchir car elle n’a pas tout en tête». Marie-Christine Arnautu, vice-présidente du FN, vole à son secours. Mais rien n’y fait, la politicienne en herbe craque et disparait (cf: vidéo en lien).

Marion n’avait d’ailleurs pas l’intention de revenir. Lors de cette campagne présidentielle, aux côtés de sa tante Marine, dont elle se dit très proche, la militante avait affirmé vouloir se consacrer à ses études de droit «peu compatibles» avec une campagne électorale. Son grand-papa a réussi à la convaincre, en lui assurant son soutien.

Direction le Sud

«C'est une grosse responsabilité. Au début, j'ai eu un peu peur de me sentir seule. Mais j'ai fait quelques allers-retours dans le Vaucluse qui m'ont entièrement rassurée», a expliqué Marion au Parisien.

Dès le 7 mai, elle s’éloignera de la capitale pour prendre ses quartiers sur son nouveau terrain de prédilection. Cette fois, il ne suffira pourtant pas de convertir quelques camarades de fac, comme elle l’a fait à 18 ans, en prenant sa carte du parti. Mais la jeune militante s’affiche sereine, et pense que son genre et son nom seront des atouts. Et puis, dans la famille des Le Pen, elle pourra toujours demander la tante ou le grand-papa.

Créé: 27.04.2012, 10h31

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.