Samedi 19 octobre 2019 | Dernière mise à jour 08:34

Climat La Méditerranée souffre du réchauffement climatique

La hausse des températures et la baisse des précipitations menacent particulièrement le bassin méditerranéen, avertissent les experts.

Les scientifiques du MedEcc tirent la sonnette d'alarme sur les conséquences du réchauffement climatique dans le bassin méditerranéen.

Les scientifiques du MedEcc tirent la sonnette d'alarme sur les conséquences du réchauffement climatique dans le bassin méditerranéen. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les pays méditerranéens sont particulièrement touchés par le changement climatique avec une augmentation des températures supérieure à la moyenne. Cela menace les ressources agricoles et en eau, ont averti jeudi des experts de la région.

Canicules et pluies torrentielles

Regroupés au sein du MedEcc, un réseau de plus de 600 scientifiques des pays méditerranéens, ces experts ont présenté leur rapport jeudi à Barcelone durant une réunion de l'Union pour la Méditerranée qui regroupe les pays européens et du bassin méditerranéen.

«Nous sommes une des régions du monde les plus touchées par le changement climatique», a dit Nasser Kamel, secrétaire général de l'Union pour la Méditerranée, lors de la présentation de l'étude.

Les scientifiques du MedEcc indiquent que l'augmentation de la température dans le bassin méditerranéen a déjà atteint 1,5oC par rapport aux niveaux pré-industriels, pour une moyenne mondiale de 1,1oC.

En 2040, selon leur étude, elle devrait atteindre 2,2oC et pourrait s'élever à 3,8°C dans certaines parties du bassin méditerranéen à la fin du siècle, tandis que les épisodes de canicules deviendraient «plus fréquents et/ou plus intenses».

Cette hausse des températures sera accompagnée d'«une réduction des précipitations dans les décennies à venir», pouvant atteindre jusqu'à 30% dans des zones comme les Balkans ou la Turquie. Une augmentation des épisodes de pluies torrentielles est aussi à prévoir.

«La baisse des précipitations associée à l'intensification du réchauffement contribuent à des tendances fortes vers un assèchement du climat», indique l'étude.

«Inévitables calamités»

Selon les auteurs de l'étude, «la population méditerranéenne considérée comme 'pauvre en eau' (c'est-à-dire disposant de moins de 1000 m3 par habitant et par an) devrait passer de 180 millions (de personnes) en 2013 à plus de 250 millions dans les 20 prochaines années».

Les récoltes pourraient être affectées par l'appauvrissement des sols, les sécheresses ou les vagues de chaleur, tandis que la pêche pourrait l'être par la surexploitation et la disparition d'espèces en raison du réchauffement de la mer.

«Les inévitables calamités dues au changement climatique menacent la Méditerranée à un rythme plus rapide que nous ne le pensions», a insisté Nasser Kamel. (ats/nxp)

Créé: 10.10.2019, 18h33


Sondage

Elections fédérales: allez-vous voter?



Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.