Dimanche 15 septembre 2019 | Dernière mise à jour 09:45

Bruxelles La «méfiance stupide» des anti-vaccins est dénoncée

A l'occasion d'une conférence mondiale inédite chapeautée par l'OMS et l'UE, l'augmentation grandissante des réfractaires à la vaccination a été fustigée.

Jean-Claude Juncker.
Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a dénoncé jeudi ceux qui «jouent avec le feu» en refusant la vaccination. Il s'est exprimé lors du premier «sommet mondial» de la vaccination organisé à Bruxelles avec l'Organisation mondiale de la santé.

«Alors que dans certaines parties du monde des êtres humains meurent, faute de vaccins, ici des personnes risquent leur vie et celle des autres en les refusant. Certains ne jouent pas le jeu de la prévention et jouent avec le feu», a déploré Jean-Claude Juncker en ouverture de ce sommet.

L'UE et l'OMS ont décidé de l'organisation de cette rencontre entre le monde politique, la société civile, des experts de la santé ou encore des représentants des réseaux sociaux sur fond d'inquiétude grandissante face à la multiplication de cas de maladies que l'on pensait pouvoir éradiquer grâce aux vaccins, en particulier la rougeole. Dans le monde, presque trois fois plus de cas de rougeole ont été recensés au premier semestre 2019 par rapport à l'ensemble de l'année 2018.

«En Europe, le nombre de décès liés à la rougeole a été multiplié par six entre 2016 et 2018. Et ces cas concernent principalement des personnes non vaccinées. Pourquoi? Parce que nombre d'Européens se méfient des vaccins: 38% d'entre eux croient qu'ils causent les maladies contre lesquelles ils sont censés les protéger», a souligné Jean-Claude Juncker, regrettant une «méfiance stupide».

«Mensonges»

«Les mensonges sur la vaccination se répandent dans les pays développés en Europe, aux Etats-Unis, au Canada et ailleurs. Mais aussi dans des pays moins développés comme le Pakistan et la République démocratique du Congo, compromettant la lutte contre la polio, Ebola et d'autres maladies qui pourraient être évitées grâce aux vaccins», a expliqué de son côté Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l'OMS, également présent à Bruxelles.

La Commission comme l'OMS travaillent notamment avec les plate-formes numériques et les réseaux sociaux pour tenter de contrecarrer les campagnes de désinformation. «Les récentes annonces de Pinterest et Facebook disant qu'ils vont diriger les utilisateurs vers des informations exactes et fiables sur les vaccins sont les bienvenues, un bon début. Mais il faut faire plus, et nous espérons qu'ils feront plus», a poursuivi le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus. (ats/nxp)

Créé: 12.09.2019, 15h05

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.