Lundi 23 septembre 2019 | Dernière mise à jour 10:56

Soudan Menace d'une action de désobéissance civile

Les chefs de la contestation accusent le Conseil militaire soudanais de retarder le transfert du pouvoir aux civils.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les leaders de la contestation au Soudan ont accusé mercredi les généraux de chercher à retarder la transition du pouvoir à une autorité civile. Ils ont menacé de lancer un mouvement national de «désobéissance».

La crise s'envenime dans le pays en proie depuis décembre à un mouvement de contestation inédit qui a poussé à la destitution le 11 avril par l'armée du président Omar el-Béchir. Celui-ci dirigeait le pays d'une main de fer depuis près de trois décennies.

Tirant leurs forces des milliers de manifestants qui campent depuis le 6 avril devant le QG de l'armée à Khartoum, les chefs de la contestation réclament désormais un transfert rapide du pouvoir à une autorité civile. Ils accusent le Conseil militaire de transition d'atermoyer sur un transfert du pouvoir après plusieurs réunions avec l'Alliance pour la liberté et le changement (ALC), qui représente les manifestants.

«Les formes d'escalade sont (déjà) définies: poursuivre les sit-in et préparer un mouvement de désobéissance civile», a déclaré à la presse l'un des chefs de la contestation, Khaled Omar Youssef. Il a jugé «décevantes» les réponses des généraux aux propositions de son groupe et estimé qu'elles risquaient de plonger le pays dans une «situation dangereuse».

La question de la charia

Dans un premier temps, l'ALC, dont des représentants laïcs venant notamment du Parti communiste, ont publié un communiqué comportant leur réponse aux réserves du Conseil militaire à leur vision de la période de transition. «La réponse du Conseil militaire va dans le sens d'une prolongation des négociations et non vers une transition» rapide, a souligné l'alliance.

Les généraux ont déclaré mardi qu'ils étaient d'accord avec la plupart des propositions de l'ALC sur la transition, tout en faisant état de «beaucoup de réserves» sur d'autres. Ils ont soulevé surtout la question de la charia (loi islamique), en estimant qu'elle devait rester la source de la législation, et en reprochant à l'ALC de ne pas l'avoir mentionnée dans leurs propositions.

Les Etats-Unis ont exhorté mercredi les chefs militaires soudanais à parvenir à un accord avec les manifestants. Le numéro deux du département d'Etat américain, John Sullivan, qui s'est entretenu au téléphone avec le général Abdel Fattah al-Burhane, à la tête du Conseil militaire de transition, lui a demandé d'aller rapidement vers un gouvernement intérimaire dirigé par des civils" et à trouver un accord avec les meneurs de la contestation réunis au sein de l'ALC.

Un référendum?

Selon des experts, la question sur la nature du régime pendant la période de transition et au-delà devrait être soumise à référendum après une réflexion nationale.

Déclenché le 19 décembre pour protester contre la décision du gouvernement de tripler le prix du pain dans un pays à l'économie exsangue, le mouvement populaire s'est rapidement transformé en contestation inédite contre M. Béchir, qui avait pris le pouvoir par un coup d'Etat en 1989. (ats/nxp)

Créé: 09.05.2019, 03h25

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.