Mercredi 23 octobre 2019 | Dernière mise à jour 09:43

Russie La météorite de Tcheliabinsk a pu être reconstituée

Les nombreuses vidéos amateurs de la météorite de Tcheliabinsk ont permis aux chercheurs de reconstituer les caractéristiques et la trajectoire de l'astéroïde.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'astéroïde qui s'est abattu en février dernier sur la ville russe de Tcheliabinsk mesurait environ 19 mètres de diamètre pour une masse de 12'000 tonnes, estiment des chercheurs. Ces scientifiques ont reconstitué ses caractéristiques et sa trajectoire grâce aux nombreuses vidéos diffusées sur internet.

Selon les astronomes, cette météorite renfermait une énergie équivalente à 500'000 tonnes de TNT à son entrée dans l'atmosphère terrestre. Et même si elle a fait plus d'un millier de blessés dans l'Oural, les dégâts auraient été bien plus importants si elle ne s'était pas fragmentée à plusieurs reprises avant de toucher le sol.

Trajectoire, courbe lumineuse, traînée de poussières, «bangs» supersoniques: en analysant minutieusement une vingtaine de vidéos amateurs prises le 15 février 2013, à l'arrivée de la pluie de météorites au-dessus de Tcheliabinsk, les chercheurs ont pu déduire un grand nombre de paramètres concernant l'astéroïde.

Onze fragmentations

A son entrée dans l'atmosphère, à 95 km d'altitude, il file à 19 km par seconde et pèse alors quelque 12'000 tonnes.

Sous la pression de l'air, la météorite se déforme comme une balle de tennis géante et se comprime tant qu'elle commence à se casser, «la série de fragmentations la plus importante survenant entre 40 et 30 km d'altitude», souligne l'étude, publiée mercredi dans la revue britannique Nature.

L'analyse acoustique des vidéos révèle ainsi pas moins de onze fragmentations et, parvenue à 29 km du sol, la météorite initiale «s'est déjà fragmentée en une vingtaine de gros rochers pesant environ dix tonnes chacun», écrivent les chercheurs. Le processus s'est poursuivi tout au long de la descente, les morceaux continuant à se désintégrer au fur et à mesure.

Un fragment géant s'abîme dans un lac

Une autre étude internationale, publiée simultanément par la revue américaine «Science», estime que seules quatre à six tonnes de la météorite initiale ont finalement survécu à son passage dans l'atmosphère. «76% du météoroïde s'est évaporé, et l'essentiel de ce qui restait a à son tour été transformé en poussière», soulignent les chercheurs.

Plus que les milliers de petits fragments rocheux qui ont atteint le sol, c'est l'onde de choc de la désintégration, environ une minute plus tard, qui a provoqué d'importants dégâts dans la ville, blessant plus d'un millier de personnes.

Un fragment géant a toutefois survécu pour suivre une trajectoire séparée à partir de 25 km d'altitude et finir par s'écraser dans le lac Tchebarkoul voisin, gelé à l'époque. Ce morceau devait peser 400 à 500 kilos à son arrivée au sol.

Le mois dernier, des scientifiques russes ont annoncé avoir remonté à la surface un fragment géant de cette météorite, long d'environ 1,5 m et d'un poids supérieur à 570 kilos.

Un «géocroiseur» considéré comme une menace

D'après les analyses des astronomes tchèques et canadiens ayant participé à l'étude, la météorite de Tcheliabinsk possédait une orbite «très similaire» à l'astéroïde 1999 NC43, un «géocroiseur» de 2 km de diamètre identifié le 14 juillet 1999 et considéré comme une menace potentielle pour la Terre.

«Il y a approximativement une chance sur 10'000 que la proximité de ces orbites soit le seul fait du hasard», écrivent-ils. Une ressemblance frappante qui veut vraisemblablement dire que les deux astéroïdes appartenaient auparavant à un même corps céleste, concluent les chercheurs.

Les spécialistes estiment que près de 100 tonnes de matières météoritiques s'abattent sur Terre chaque jour mais la plupart sont déjà réduites à l'état de poussière lorsqu'elles touchent le sol.

Et dans 85% des cas, elles finissent leur course dans les océans qui couvrent la majeure partie de la surface terrestre. Il est donc très rare qu'une météorite tombe sur une zone habitée, encore plus qu'elle blesse ou tue. (ats/nxp)

Créé: 06.11.2013, 20h00

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.