Lundi 12 novembre 2018 | Dernière mise à jour 19:23

Yémen Des milliers de civils pris au piège à Hodeida

Depuis une semaine, d'intenses combats ont lieu aux abords de Hodeida, ville stratégique sur la mer Rouge.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Des forces progouvernementales yéménites ont réalisé jeudi une percée à l'intérieur même de Hodeida, cité portuaire contrôlée par les rebelles houthis. Des combats meurtriers qui font planer de sérieux risques pour des milliers de civils, selon des ONG.

Après une semaine d'intenses combats aux abords de Hodeida, ville stratégique sur la mer Rouge (ouest), ces unités progouvernementales ont pénétré dans des zones résidentielles sur des routes que les Houthis - qui disent vouloir défendre leurs positions à tout prix - ont parfois minées.

Depuis 2015, les forces loyales au président Abd Rabbo Mansour Hadi, appuyées par l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, tentent de chasser ces rebelles, soutenus par l'Iran, des vastes régions qu'ils ont conquises, dont Hodeida et la capitale Sanaa. Le pays est désormais menacé par la famine.

La bataille s'est intensifiée

La bataille pour Hodeida dure depuis des mois. Mais elle s'est récemment intensifiée alors que l'ONU et les Etats-Unis pressent pour la reprise de négociations. Selon des sources médicales, au moins 250 combattants ont été tués lors de la semaine écoulée, dont 197 Houthis et 53 membres des forces loyalistes.

Trois sources militaires ont affirmé jeudi que des forces progouvernementales s'approchaient désormais du port, par le sud via une route côtière, et par l'est via une route principale reliant l'intérieur du pays au littoral.

Reddition exclue

Le nord de Hodeida est encore totalement contrôlé par les rebelles. Mercredi, le chef rebelle Abdel Malik al-Houthi a assuré que les Houthis ne se rendraient «jamais».

Selon des sources médicales, ces dernières 24 heures, au moins 47 rebelles houthis et 11 combattants progouvernementaux ont été tués. La cité, aux mains des rebelles depuis 2014, reste par ailleurs soumise à un pilonnage intensif.

Appel du CICR

Point d'entrée de trois quarts des importations et de l'aide internationale au Yémen, Hodeida compte en temps normal quelque 600'000 habitants, mais une partie des civils a fui ces derniers mois.

De nombreuses organisations humanitaires s'inquiètent du sort de centaines de milliers de civils restés à Hodeida. Jeudi, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a appelé les parties à «protéger les civils et les infrastructures civiles».

«Militarisation des hôpitaux»

Amnesty International a condamné les raids aériens de la coalition sous commandement saoudien et accusé les Houthis de recourir «délibérément à la militarisation des hôpitaux», et de poser des mines.

L'ONG s'est en particulier inquiétée du déploiement de Houthis sur le toit d'un hôpital «rempli de civils blessés». Par ailleurs, les combats ont bloqué les possibilités de s'échapper vers le sud et les rebelles «ont miné d'autres voies vers l'extérieur».

Jeudi, le président Abd Rabbo Mansour Hadi, en exil à Ryad, a nommé un nouveau ministre de la Défense, Mohammed al-Maqdishi, et un nouveau chef d'état-major, Abdallah al-Nakhi. M. Maqdishi remplace Mahmoud al-Soubaïhi, détenu par les rebelles Houthis à Sanaa.

Processus de paix

La bataille de Hodeida s'intensifie au moment où Washington, allié des Saoudiens, et l'ONU cherchent à relancer le processus de paix. Le médiateur de l'ONU Martin Griffiths a dit jeudi qu'il entendait convoquer des pourparlers «d'ici la fin de l'année». L'ONU entend aussi intensifier ses programmes d'assistance au pays.

Selon des analystes, la pression diplomatique pourrait avoir incité les Saoudiens à chercher à obtenir le maximum de gains militaires avant d'éventuelles discussions. (ats/nxp)

Créé: 08.11.2018, 21h51

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.