Jeudi 14 novembre 2019 | Dernière mise à jour 07:11

Marseille Un mineur entre la vie et la mort après un tué par balle

Deux nouvelles personnes ont été la cible de coups de feu samedi, après le décès d'un jeune la veille dans les mêmes conditions.

La piste d'«une guerre de territoire liée au trafic de produits stupéfiants est privilégiée» par les autorités françaises.

La piste d'«une guerre de territoire liée au trafic de produits stupéfiants est privilégiée» par les autorités françaises. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Deux jeunes ont été blessés par arme à feu dont un mineur de 14 ans, selon le parquet, pour qui le pronostic vital est engagé, samedi en fin d'après-midi dans les quartiers nord de Marseille, a-t-on appris auprès de sources concordantes.

«Toutes les pistes sont envisagées dont celle d'un règlement de comptes», a indiqué une source policière, précisant que les deux victimes avaient été pourchassées par deux hommes à bord d'un véhicule.

Les deux jeunes hommes, de 19 et 14 ans ont été blessés par une arme à grenaille, a précisé le procureur de la République de Marseille Xavier Tarabeux. Les faits se sont déroulés en fin d'après-midi dans le quartier des Arnavaux, cité du nord de Marseille, a ajouté la police, confirmant une information de La Provence.

Il y a moins de 24 heures, dans un autre quartier de la cité phocéenne proche de la gare Saint-Charles, un jeune homme de 19 ans a été tué par balles lors d'un probable règlement de comptes lié au trafic de drogue.

Vendredi vers 22H30, deux hommes au visage cagoulé, armés pour l'un d'une arme longue et pour le second d'une arme de poing, ont fait feu sur la victime avant de s'enfuir à pied, selon les premiers témoignages recueillis par la police.

«Guerre de territoire»

Des douilles de calibre 7,62 mm de type kalachnikov et 9 mm ont été retrouvées sur place, a précisé M. Tarabeux. Touché par deux balles au cou et au thorax, le jeune homme était décédé à l'arrivée des secours.

La piste d'«une guerre de territoire liée au trafic de produits stupéfiants est privilégiée», a indiqué à l'AFP M. Tarabeux qui a confié l'enquête à la police judiciaire. Des coups de feu avaient été tirés la nuit précédente dans le même périmètre.

Quatre hommes sont morts dans des règlements de comptes depuis le début de l'année à Marseille. Le 12 mars, un homme de 42 ans a été tué au fusil d'assaut dans les quartiers nord, à la Busserine (14e arrondissement), alors qu'il était à bord de son véhicule avec son frère, très grièvement blessé.

Dans un communiqué, la sénatrice socialiste Samia Ghali estime la sécurité à Marseille en «état de péril» et dit avoir interpellé à ce sujet le Premier ministre Edouard Philippe lors de sa visite vendredi dans un commissariat des quartiers Nord. La sénatrice demande 200 policiers supplémentaires et «exige de la Ville de Marseille un accompagnement réel de la police de sécurité du quotidien avec le recrutement de policiers municipaux manquants». (afp/nxp)

Créé: 13.04.2019, 22h22

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.