Lundi 12 novembre 2018 | Dernière mise à jour 18:42

France La ministre se heurte aux défenseurs de la prostitution

Najat Vallaud-Belkacem, ministre française du Droit des femmes, qui veut abolir la prostitution, a reçu les défenseurs du plus vieux métier du monde.

Najat Vallaud-Belkacem n'a pas réussi à se mettre d'accord avec le Syndicat du travail sexuel.

Najat Vallaud-Belkacem n'a pas réussi à se mettre d'accord avec le Syndicat du travail sexuel. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le Syndicat du travail sexuel (Strass), qui s'oppose à l'abolition de la prostitution, a été reçu mercredi par la ministre française du Droit des femmes Najat Vallaud-Belkacem, mais a mis fin à l'entretien sur constat de désaccord, a-t-il annoncé jeudi dans un communiqué.

Elle veut abolir la prostitution

Mme Vallaud-Belkacem a annoncé fin juin sa volonté d'abolir la prostitution en France. Elle a rencontré mercredi trois membres du Strass, qui lui ont demandé quand serait abrogé le délit de racolage passif instauré par le gouvernement précédent. «Il nous fut confirmé que ce n'était plus vraiment à l'ordre du jour, ou en tout cas pas avant qu'une nouvelle loi soit votée, notamment celle déposée par l'ex-députée Danièle Bousquet, proposant de pénaliser (les) clients», dénonce le Strass.

Ils demandent sa démission

Le syndicat, qui défend les prostituées indépendantes et s'oppose à cette pénalisation des clients, a mis fin à l'entretien, estimant que «ce rendez-vous prenait de plus en plus la forme d'une mascarade». «Nous ne servirons jamais de caution à un projet qui n'a d'autre but que de nous sacrifier sur l'autel d'une idéologie moins féministe que paternaliste et dangereuse pour celles qu'elle prétend protéger», affirme le syndicat, qui «réitère sa demande de démission de Najat Vallaud-Belkacem et exige l'arrêt immédiat de la répression qui touche les travailleur(se)s du sexe».

Le 7 juillet, quelques dizaines de prostitués, hommes et femmes, avaient défilé à Paris, à l'appel du syndicat, pour dénoncer le projet d'abolir la prostitution et de pénaliser les clients. Des manifestations similaires avaient été organisées la veille à Lyon et Toulouse. Le Strass revendique 500 adhérents. En 2010, la France comptait au moins 18'000 à 20'000 prostitué(e)s de rue, les autres formes de prostitution (escort, internet, salons de massage, etc.) n'étant pas chiffrées, selon la fondation Scelles, association pro-abolition. D'après un rapport parlementaire d'avril 2011, il s'agit pour 80% de femmes et pour 80% de personnes étrangères. (Le Matin)

Créé: 19.07.2012, 20h49

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.