Lundi 23 septembre 2019 | Dernière mise à jour 08:25

Somalie Plus de 18 morts après une attaque des Shebab

Un assaut des forces de l'ordre contre un commando retranché dans un restaurant a fait plusieurs morts à Mogadiscio, vendredi.

Des tirs et des explosions de grenades étaient entendus dans la ville.

Des tirs et des explosions de grenades étaient entendus dans la ville. Image: AFP

26 shebab tués dans une nouvelle frappe de l'armée américaine

Dans un communiqué publié vendredi, le commandement américain pour l'Afrique (Africom) a annoncé avoir tué 26 shebab jeudi dans un frappe aérienne "ciblée" dans la province de Hiran, au nord de la capitale.

"Cette action démontre la détermination du gouvernement fédéral de Somalie à démanteler le réseau des shebab avec l'assistance des Etats-Unis", a commenté le général Gregory Hadfield, directeur adjoint des activités de renseignement de l'Africom.

"Les frappes de précision comme celle-ci maintiennent la pression sur les shebab et leur cycle de préparation (d'attentats), tout en affaiblissant leurs capacités à amasser leurs forces et à coordonner des attaques contre le peuple somalien", a-t-il ajouté.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dix-neuf personnes ont été tuées dans l'explosion d'un véhicule piégé jeudi soir suivie d'affrontements à l'arme automatique vendredi entre un commando d'islamistes radicaux shebab et forces de sécurité à Mogadiscio.

#News Ultim'ora Mogadiscio, Al Shabaab asserragliati https://t.co/sgvnGf3XpP to keep updated :) !

— ?aurizio ©?y®eal?™????????? (@mauneobux) 1 mars 2019

Suivant un modus operandi désormais éprouvé, les shebab, qui ont revendiqué l'attaque, ont fait explosé un véhicule piégé avec l'aide d'un kamikaze à proximité d'un hôtel de la capitale, puis ont déployé un commando armé.

Le commando s'est réfugié dans un restaurant adjacent à l'hôtel où ils ont tenu tête toute la matinée aux forces de sécurité qui tentaient de les neutraliser. Dans un communiqué publié vendredi matin, les shebab affirmaient avoir repoussé plusieurs assauts des forces de sécurité.

Vendredi après-midi, plusieurs fortes détonations ont été entendues sur place, faisant dire à des sources sécuritaires que l'assaut final était en cours, près de 20 heures après le début de l'attaque.

«Nous avons récupéré 14 cadavres supplémentaires sous les décombres d'immeubles effondrés, ce qui porte à 19 le nombre total de victimes», a déclaré à l'AFP le directeur du service d'ambulances Aamin, Abdikadir Abdirahman. Un précédent bilan de source sécuritaire faisait état de 10 victimes.

Le même service d'ambulance avait dénombré vendredi matin d'une soixantaine de blessés.

L'explosion a fortement endommagé le grand hôtel Maka Al-Mukarama, la cible revendiquée des shebab qui voulaient y tuer des officiels somaliens. «Il y a eu un attentat-suicide suivi de tirs, dans lesquels les combattants moudjahidine ont visé les commandants et les responsables du gouvernement somalien qui habitent l'hôtel», selon un communiqué du groupe affilié à Al-Qaïda.

- Hôtels pris pour cible -

Des témoins de l'explosion ont décrit à l'AFP une scène de chaos dans cette rue de la capitale très fréquentée, y compris en début de soirée, quand les habitants ont fini le travail et profitent de la fraîcheur de la nuit tombée.

«Toute la zone était en feu», a résumé à l'AFP Abdsamed Mohamed, en décrivant la scène peu après l'explosion. Plusieurs véhicules stationnés dans la rue ont pris feu. Abdullahi, un conducteur de tuk-tuk arrivé sur place peu après la détonation, a pour sa part confié sa frayeur: «Je jure devant Allah que je ne peux pas exprimer à quel point j'étais anxieux et choqué».

Chassés de Mogadiscio en 2011, les shebab ont ensuite perdu l'essentiel de leurs bastions. Mais ils contrôlent toujours de vastes zones rurales d'où ils mènent des opérations de guérilla et des attentats-suicides y compris dans la capitale, contre des objectifs gouvernementaux, sécuritaires ou civils.

Ils ont juré la perte du gouvernement somalien, soutenu par la communauté internationale et par les 20'000 hommes de la force de l'Union africaine en Somalie (Amisom).

Les shebab mènent régulièrement des attaques d'envergure contre des hôtels de la capitale. En novembre 2018, l'explosion de deux voitures piégées devant un hôtel déjà pris pour cible en 2015 avait fait au moins 40 morts. (afp/nxp)

Créé: 01.03.2019, 07h13

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.