Mercredi 20 novembre 2019 | Dernière mise à jour 15:43

Egypte Mort de Morsi: un «assassinat arbitraire»

Les conditions «brutales» de détention de l'ex-président égyptien laissent penser à un «assassinat arbitraire sanctionné par l'État», selon l'ONU.

Un poster de Mohamed Morsi brandi à Istanbul le 18 juin 2019.

Un poster de Mohamed Morsi brandi à Istanbul le 18 juin 2019.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des experts indépendants de l'ONU ont estimé dans un rapport vendredi que la mort de Mohamed Morsi pouvait s'apparenter à un «assassinat arbitraire sanctionné par l'Etat». L'ancien président islamiste égyptien était décédé en juin après s'être effondré au tribunal.

«Morsi était détenu dans des conditions qui ne peuvent être décrites que comme étant brutales, notamment pendant sa détention durant cinq ans dans le centre pénitentiaire de Tora», ont écrit les experts dans un communiqué.

Sa mort «après avoir subi ces conditions pourrait s'apparenter à un assassinat arbitraire sanctionné par l'État», a estimé l'équipe des experts, dirigée par la rapporteuse spéciale Agnès Callamard et le Groupe de travail de l'ONU sur les détentions arbitraires.

Issu de la confrérie des Frères musulmans, Mohamed Morsi a été le premier civil démocratiquement élu à la présidence de l'Égypte. Il était mort en juin après s'être effondré pendant son procès dans un tribunal du Caire.

Six ans en prison à l'isolement

Il était emprisonné depuis sa destitution en juillet 2013 par Abdel Fattah al-Sissi, chef de l'armée à l'époque et actuellement président d'Égypte. Il a passé près de six ans en prison à l'isolement et été privé de soins «pour son diabète et son hypertension», selon les experts.

Pourtant, ont-ils souligné, «les autorités étaient prévenues d'une manière répétée» de la détérioration de son état de santé, une dégradation qui a fini par «le tuer». «Il n'y a pas de preuves qu'ils (les autorités) aient agi pour répondre à ces préoccupations, même si les conséquences étaient prévisibles», selon leur communiqué.

Après avoir accédé au pouvoir en 2014, le gouvernement du président Sissi a mené une répression de grande ampleur, faisant emprisonner des milliers d'islamistes, de militants laïcs. L'équipe d'experts a mis en garde contre les risques encourus par des milliers de détenus en raison de la négligence des autorités dans le domaine médical.

Citant des rapports documentés, les experts ont dénoncé la surpopulation carcérale, la mauvaise nourriture, une aération insuffisante, l'absence d'accès à la lumière naturelle, le refus de visites familiales et de donner accès à des soins médicaux.

Décès «illégal»

Qualifiant le décès de Morsi d'«illégal», ils ont recommandé la publication d'une enquête impartiale sur tous les prisonniers morts dans des prisons en Égypte depuis 2012.

Amr Darrag, ancien ministre de la coopération internationale sous Morsi et responsable des Frères musulmans, a salué les conclusions des experts. «Cette enquête est un pas significatif pour que de tels régimes soient rendus responsables de leurs actes», a-t-il estimé.

Morsi avait été jugé dans plusieurs affaires dont un dossier d'espionnage au profit de l'Iran, du Qatar et de groupes comme le Hamas à Gaza. Il avait été condamné à un total de 45 ans de prison dans deux affaires. (ats/nxp)

Créé: 08.11.2019, 23h22

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.