Lundi 25 juin 2018 | Dernière mise à jour 02:38

Bangladesh La mousson s'abat sur les camps de réfugiés

Près de 200'000 réfugiés rohingyas sont menacés par les pluies torrentielles qui s'abattent au Bangladesh depuis quelques jours.

Galerie photo

La crise des Rohingyas en Birmanie en images

La crise des Rohingyas en Birmanie en images Près de 380'000 Rohingyas, minorité musulmane en Birmanie, ont fui au Bangladesh depuis une nouvelle flambée de violence en août 2017, selon l'ONU. Les tensions entre cette communauté et les bouddhistes empoisonnent la région depuis des décennies.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Plus de 10'000 réfugiés rohingyas ont été affectés depuis dimanche par les inondations liées aux pluies dans les camps au Bangladesh. Alors qu'un enfant est décédé, l'ONU a révisé à la hausse son estimation de personnes menacées qui pourrait atteindre 200'000.

En trois jours, 88 à 89 incidents ont été observés, ont dit mardi à Genève le Haut-commissariat pour les réfugiés (HCR) et l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Depuis un mois, le nombre de personnes touchées atteint désormais 21'500 au total.

Des dizaines de glissements de terrain ont eu lieu. Outre l'enfant décédé, plusieurs personnes ont été blessées. Environ 400 mm de pluies sont tombés dans les camps où se trouvent près d'un million de réfugiés qui ont fui les violences en Birmanie. Et davantage est attendu dans les prochains jours, a affirmé de son côté la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR).

Les deux agences onusiennes, le Programme alimentaire mondial (PAM) et leurs partenaires ont lancé des mesures pour diminuer l'impact de ces inondations. a dit devant la presse un porte-parole de l'OIM. Près de 2500 abris, de nombreuses toilettes ou encore un centre de santé ont été endommagés. «Le risque d'une épidémie de maladies liées au manque d'accès à l'eau potable est désormais une sérieuse probabilité», selon un responsable de la FICR dont l'organisation soutient 200'000 personnes.

La principale route d'accès au camp de Kutupalong a aussi été affectée temporairement par les inondations. Jusqu'à présent, l'ONU estimait que 120'000 personnes étaient menacées. Au total, ce chiffre s'établit désormais à 200'000. Dont un cinquième sont exposées à un risque important de glissement de terrain. Seuls près de 15'000 réfugiés ont pu être relocalisés en raison du peu de zones possibles. (ats/nxp)

Créé: 14.06.2018, 09h27

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.