Mercredi 26 juin 2019 | Dernière mise à jour 21:46

UKRAINE Des Néerlandais reviennent sur le site du crash

Des recherches d'effets personnels ont été menées par les autorités néerlandaises malgré des combats sporadiques dans la région du crash du MH17.

L'OSCE a négocié avec les Ukrainiens un retour à l'endroit où le vol MH17 de la Malaysia Airlines s'était écrasé le 17 juillet, tuant 298 personnes.

L'OSCE a négocié avec les Ukrainiens un retour à l'endroit où le vol MH17 de la Malaysia Airlines s'était écrasé le 17 juillet, tuant 298 personnes. Image: AFP

Galerie photo

Un avion de Malaysia Airlines abattu en Ukraine

Un avion de Malaysia Airlines abattu en Ukraine Un Boeing de Malaysia Airlines avec 295 personnes à bord s'est écrasé le 17 juillet 2014 à l'est de l'Ukraine.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des officiels néerlandais sont retournés lundi 13 octobre sur le lieu du crash du vol MH17 dans l'est de l'Ukraine, où des recherches d'effets personnels ont été menées malgré des combats sporadiques dans la région, a annoncé le ministère néerlandais de la Justice.

«Quatre Néerlandais étaient présents sur le lieu de la catastrophe, au sein d'une équipe de l'OSCE», l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, a indiqué à l'AFP un porte-parole du ministère, Jean Fransman.

L'OSCE a négocié avec les Ukrainiens un retour à l'endroit où le vol MH17 de la Malaysia Airlines s'était écrasé le 17 juillet, tuant 298 personnes, dont deux tiers étaient néerlandais.

9 mètres cubes d'effets personnels des victimes

Plus de 40 membres des services d'État ukrainiens pour les situations d'urgence (SES) ont participé à des recherches lundi sur le lieu de la catastrophe, rassemblant quelque 9 mètres cubes d'effets personnels des victimes, a annoncé le ministère de la Justice dans un communiqué.

Vêtements, valises, photos, passeports, cartes de crédit, bijoux et peluches, notamment, seront transportés vers Kharkiv via Donetsk, probablement mardi, avant d'être acheminés «au plus vite» aux Pays-Bas, selon la même source. «Une première analyse médico-légale sera menée à Kharkiv».

Certains effets personnels avaient déjà été rassemblés par la population locale, selon Jean Fransman.

Coups de feu aux alentours du site du crash

»La journée ne s'est pas déroulée sans incidents«, a précisé le ministère : des coups de feu ont été tirés aux alentours du site du crash vers midi». «Cela montre une fois de plus que la mission de rapatriement (menée par les autorités néerlandaises) ne peut pas encore reprendre».

Les experts néerlandais avaient dû interrompre la recherche des restes humains et d'effets personnels des victimes début août en raison des combats entre l'armée ukrainienne et les rebelles pro-russes.

Le gouvernement néerlandais s'était plaint à plusieurs reprises de la difficulté d'accéder au site, malgré un fragile cessez-le-feu dans la région.

272 victimes identifiées

«Au vu de la situation dans la zone, le SES ne retournera pas sur le site du crash demain», a souligné le ministère de la Justice : «la situation sera évaluée au jour le jour».

Le vol MH17 avait probablement été abattu par un missile sol-air alors qu'il survolait l'est de l'Ukraine, aux mains des séparatistes. Les Pays-Bas ont été chargés de l'identification des victimes ainsi que de l'enquête sur les causes du drame.

Un premier rapport du Bureau néerlandais pour la sécurité (OVV) affirmait que l'appareil avait été abattu par plusieurs projectiles à haute vitesse, ce qui pourrait confirmer la thèse d'un missile sol-air.

Au total, 272 victimes, dont les restes ont été emmenés aux Pays-Bas, ont déjà été identifiées par les experts en médecine légale. (afp/nxp)

Créé: 13.10.2014, 23h36


Sondage

La vague de chaleur à 40° qui s'annonce cette semaine sur la Suisse vous inquiète-t-elle?



S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.