Lundi 6 juillet 2020 | Dernière mise à jour 02:24

Anniversaire Le net chinois censuré à la veille des 25 ans de Tiananmen

Le régime communiste emploie les grands moyens pour empêcher toute allusion au Printemps de Pékin. Le moteur de recherche de Google est inutilisable mardi.

Sur Sina Weibo, le principal service de microblogs de la Chine, le mot même de «Tiananmen» était censuré mardi.

Sur Sina Weibo, le principal service de microblogs de la Chine, le mot même de «Tiananmen» était censuré mardi. Image: Keystone

Galerie photo

Tiananmen, 25 ans après

Tiananmen, 25 ans après Le 4 juin 1989 l'armée chinoise réprimait les manifestants du mouvement démocratique rassemblés à Pékin sur la place Tiananmen.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les services de Google étaient sérieusement entravés mardi en Chine, les autorités renforçant encore la censure et la répression à la veille du 25e anniversaire de l'écrasement du mouvement de Tiananmen.

Le régime communiste emploie les grands moyens pour empêcher toute allusion au Printemps de Pékin, auquel son armée mit fin de façon sanglante le 4 juin 1989. A l'approche de la date fatidique, la communauté des centaines de millions d'internautes chinois --la première du monde-- ne pouvait que constater un ralentissement très net des flux sur l'internet, signe d'une activité accrue des agents contrôlant les réseaux sociaux.

Le moteur de recherche de Google était inutilisable, ainsi que de nombreux autres produits du géant américain, comme Gmail (courriel), Google Image, ou ses applications de traduction ou d'emploi du temps, a relevé Greatfire.or, un site qui se consacre à étudier le contrôle de l'internet par le pouvoir communiste. «Ceci illustre une nouvelle bataille entre les autorités de censure de la Chine et la libre circulation de l'information», a commenté Greatfire.

Censure sur le net

Google a de son côté assuré avoir effectué toute une série de vérifications poussées, et n'être pour rien dans les difficultés rencontrées par ses services. Fait nouveau, les versions de Google adaptées aux pays étrangers étaient également inaccessibles depuis la Chine, pays qui interdit déjà Twitter, YouTube ou Facebook.

Sur Sina Weibo, le principal service de microblogs de la Chine, le mot même de «Tiananmen» était censuré mardi, aux côtés des expressions traditionnellement bloquées comme «4 juin» ou «35 mai», la date fictive parfois utilisée pour désigner l'intervention de l'armée contre les manifestants.

Celle-ci débuta dans la nuit du 3 au 4 juin 1989, avec des dizaines de milliers de soldats appuyés par des centaines de chars et autres blindés, ouvrant le feu sur la foule jusqu'à parvenir à la place Tiananmen.

Police visible

A quelques heures des 25 ans de ce moment dramatique, les policiers étaient nettement plus nombreux et visibles dans les rues de la capitale chinoise, comme à chaque anniversaire, toujours redouté par le régime, de la répression de la révolte. De même, se poursuivait en parallèle une campagne d'intimidation de la presse étrangère et une vague d'arrestations des voix dissidentes.

Le dernier à en faire les frais, l'artiste sino-australien Guo Jian, a selon ses proches été interpellé dimanche soir à son domicile à Pékin.

Son arrestation est intervenue le lendemain de la parution d'un article du Financial Times dans lequel il décrivait une de ses œuvres récentes, représentant la place Tiananmen recouverte de 160 kilos de viande hachée.

«Guo Jian est la dernière victime de la campagne de répression sans pitié des autorités chinoises à l'approche de l'anniversaire de Tiananmen», a réagi dans un communiqué l'organisation de défense des droits de l'homme Amnesty International. Les exemplaires du Financial Times distribués à Pékin ont été expurgés de l'interview de Guo Jian et certains grands hôtels n'ont jamais reçu le journal. Interrogé sur l'interpellation de Guo Jian, un porte-parole de la diplomatie chinoise a répondu que «la Chine est un Etat de droit».

Sur l'écrasement du Printemps de Pékin, Hong Lei a ajouté: «La position de la Chine est claire, au terme de la conclusion à laquelle nous avons abouti: En plus de 30 ans de réformes et d'ouverture, nous sommes parvenus à des progrès remarquables dans notre développement économique et social».

Enfin, sur l'internet, il a assuré que la Chine administrait les réseaux informatiques «en conformité avec la législation». (afp/nxp)

Créé: 03.06.2014, 13h04

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.