Samedi 30 mai 2020 | Dernière mise à jour 21:35

Arménie Nikol Pachinian engrange les soutiens

Alors qu'un nouveau Premier ministre doit être nommé mardi, l'opposant Nikol Pachinian a gagné de nouveaux soutiens.

Galerie photo

L'Arménie entre crise politique et manifestations

L'Arménie entre crise politique et manifestations Depuis le 13 avril 2018, l'Arménie est plongée dans une crise politique. Des législatives anticipées ont lieu dimanche 9 décembre. Objectif: renforcer le pouvoir de Nikol Pachinian

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'opposant Nikol Pachinian a gagné de nouveaux soutiens en Arménie, à trois jours de l'élection mardi par les députés d'un nouveau Premier ministre dans ce petit pays du Caucase du sud secoué par une crise politique.

La candidature de Nikol Pachinian, 42 ans, qui est à la tête de la fronde antigouvernementale ayant provoqué la chute lundi de l'ex-Premier ministre Serge Sarkissian, devrait être proposée mardi au cours d'une session extraordinaire du Parlement pour élire un nouveau chef du gouvernement.

L'opposant, qui se présente comme le «candidat du peuple», a besoin de 53 voix pour être élu. Député, il peut déjà compter sur le soutien de son parti Elk (neuf sièges) et sur celui du parti Arménie prospère, qui a 31 sièges au Parlement arménien.

Suspense

La formation Arménie prospère «ne présentera pas de candidature et soutiendra le candidat du peuple, quel qu'il soit», a ainsi annoncé samedi soir son dirigeant Gaguik Tsourakian, laissant entendre qu'il s'agit de Nikol Pachinian, sur la chaîne de télévision Kentron.

De son côté, le Parti républicain au pouvoir, qui dispose de 58 sièges au Parlement, «a décidé de ne pas désigner de candidat», a dit à l'AFP son porte-parole Edouard Charmazanov.

«Nous allons voir quels candidats se présentent et nous déciderons alors pour qui nous voterons», a-t-il ajouté, après avoir précisé plus tôt que son parti donnerait lundi «sa position sur le vote» pour l'élection du nouveau Premier ministre. «Cela ne signifie pas que le Parti républicain sort du jeu», a aussitôt tempéré l'analyste arménien Stepan Safarian. «On ignore encore s'ils vont participer au vote ou bien le rendre invalide», a-t-il expliqué.

Washington et Moscou veillent

Nikol Pachinian s'est lui-même montré circonspect quant aux déclarations du Parti républicain. «Ce ne sera bon que lorsque toutes les forces parlementaires auront annoncé leur volonté de soutenir ma candidature», a-t-il dit.

Samedi, le département d'Etat américain a exhorté toutes les parties à «engager des négociations de bonne foi». «En tant qu'amis de l'Arménie, nous exhortons toutes les parties à engager des négociations de bonne foi pour la formation d'un nouveau gouvernement, conformément à la Constitution, et pour atteindre une solution reflétant les intérêts de tous les Arméniens», a indiqué le département d'Etat dans un communiqué.

Il a ajouté que les Etats-Unis soutenaient les efforts de dialogue menés par le nouveau président Armen Sarkisian. «Nous continuons de saluer le caractère pacifique des manifestations, avons confiance dans le fait que les forces de sécurité comme les manifestants resteront attachés à la non-violence dans les jours à venir», a-t-il poursuivi.

Appel à manifester dimanche

De son côté, la Russie, qui dispose d'une base militaire en Arménie, s'est placée en médiatrice du conflit, que le Kremlin qualifie cependant d'«affaire intérieure arménienne».

Le président Vladimir Poutine s'est ainsi entretenu jeudi au téléphone avec Karen Karapetian, après avoir déjà fait de même la veille avec son homologue arménien Armen Sarkissian. Le même jour, le vice-Premier ministre, Armen Guevorkian, et le chef de la diplomatie, Edouard Nalbandian, faisaient le voyage à Moscou pour des «consultations».

Nikol Pachinian a ét reçu mercredi à l'ambassade de Russie en Arménie. Samedi, il a également appelé les Arméniens à sortir dans les rues d'Erevan dimanche dès 08H00 GMT.

Héros

Accueilli en héros au cours d'un périple samedi à travers l'Arménie, Nikol Pachinian s'est rendu à Dilikan et à Idjevan, dans le nord-est, avant de rejoindre Vanadzor, la troisième ville de ce pays.

Quelques centaines de personnes, beaucoup arborant le drapeau orange, bleu et rouge de l'Arménie, sont allées à sa rencontre. «Nous voulons (...) que Pachinian soit élu Premier ministre tout de suite. Si les Républicains refusent de quitter le pouvoir, nous allons les forcer pacifiquement à le faire», a déclaré à l'AFP Armen Ovsepaïan, un musicien de 43 ans qui habite à Dilikan.

M. Karapetian avait refusé vendredi de négocier une sortie de la crise politique avec M. Pachinian, qui avait participé dans les rues de Gioumri (nord-ouest) à un défilé de milliers de ses partisans. (afp/nxp)

Créé: 29.04.2018, 04h17

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.