Samedi 30 mai 2020 | Dernière mise à jour 19:30

Censure «Nouilles», «panda»: les codes des Chinois sur le coronavirus

Pour contourner les interdictions et critiquer les autorités, les Chinois ont développé toute une série de stratagèmes.

Pour communiquer sans être censuré, des Chinois ont développé des codes.

Pour communiquer sans être censuré, des Chinois ont développé des codes. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les autorités chinoises ont fort à faire pour lutter contre le coronavirus. Mais sont également très actives pour contrôler les discussions des citoyens autour de l’épidémie. Résultat, ceux qui veulent se montrer critiques envers la gestion de la crise ou simplement échanger des informations ont développé tout un vocabulaire codé, explique «Vice», qui se base sur des recherches d’Amnesty International.

Ainsi, entre janvier et février, quelque 500 combinaisons de mots auraient été censurées, notamment sur la messagerie la plus utilisée du pays, WeChat. Impossible, détaille «Vice», d’associer par exemple «Xi Jinping, propagation, épidémie» ou «virus, pneumonie, Wuhan». Les messages contenant ces associations interdites sont bloqués.

La «bouteille à col étroit»

Pour contourner cette censure, il existerait toute une série de techniques. L’emploi d’abréviation d’abord. Traduites, elles seraient de «zf» pour «gouvernement» ou «jc» pour «police».

Sur les réseaux sociaux, des Chinois utiliseraient aussi des métaphores ou images. Un panda désignerait le Bureau de la sécurité intérieure et le service de communication du Parti communiste serait devenu le «ministère de la Vérité»: un clin d’œil au roman «1984» d’Orwell. Quant à Xi Jinping il serait surnommé «bouteille à col étroit», car la prononciation en chinois est proche de celle du nom du président…

Constante évolution

Enfin, avance «Vice», pour s’échanger des conseils pour contourner la censure des Chinois emploieraient la métaphore: les «nouilles pho vietnamiennes». Il est encore précisé que ces codes évoluent sans cesse, aussi vite que de nouveaux termes sont censurés.

Avec l’épidémie, les autorités chinoises ont en tout cas considérablement renforcé la surveillance des citoyens et des réseaux sociaux, résume Slate. Reste à savoir si toutes ces mesures restreignant les libertés individuelles seront levées lorsque l’urgence sanitaire ne sera plus d’actualité.

Renaud Michiels

Créé: 11.03.2020, 07h18

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.