Mardi 2 juin 2020 | Dernière mise à jour 23:59

Etats-Unis Un nouveau colis suspect adressé à CNN

La chaîne d'information américaine, CNN, a pris des dispositions pour que ses courriers soient traités en dehors de ses installations.

Un nouveau colis suspect adressé à CNN a été intercepté lundi matin dans un bureau de poste d'Atlanta.

Un nouveau colis suspect adressé à CNN a été intercepté lundi matin dans un bureau de poste d'Atlanta. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un nouveau colis suspect adressé à CNN a été intercepté lundi matin dans un bureau de poste d'Atlanta, a indiqué la chaîne d'information en continu américaine, déjà concernée la semaine dernière par la série de colis piégés envoyés à des détracteurs de Donald Trump.

Le siège de la chaîne, situé à Atlanta (Géorgie), ne court «aucun danger imminent», a fait savoir dans un communiqué son président Jeff Zucker, précisant que depuis le 24 octobre, «tout le courrier, à tous les bureaux de CNN du pays, est examiné sur des installations extérieures».

«Ce colis ne serait donc pas arrivé directement au CNN Center, même s'il n'avait pas été préalablement intercepté», a-t-il ajouté.

«Courrier examiné sur des installations extérieures»

Les bureaux new-yorkais de la chaîne --souvent dénoncée par Donald Trump, qui l'accuse de critiquer systématiquement sa présidence-- avaient été évacués le 24 octobre après la découverte d'un premier colis suspect. Il était adressé à John Brennan, ex-directeur de la CIA et commentateur sur CNN très critique de M. Trump.

Un autre colis adressé à CNN avait été intercepté deux jours plus tard dans un bureau de poste de New York. Il était destiné cette fois à l'ancien directeur des renseignements James Clapper, également très critique du président américain, et qui intervient régulièrement sur son antenne.

Cesar Sayoc, un sympathisant pro-Trump aux nombreux antécédents judiciaires, avait été arrêté quelques heures plus tard et inculpé de cinq chefs d'accusations fédéraux, y compris l'envoi illégal d'explosifs, qui lui font risquer jusqu'à 48 ans de prison.

Il est accusé d'avoir envoyé au moins treize bombes artisanales à des personnalités critiques envers Donald Trump, dont son adversaire démocrate à la présidentielle de 2016 Hillary Clinton et l'ancien président Barack Obama. L'homme de 56 ans devait comparaitre lundi après-midi devant un tribunal de Floride. (afp/nxp)

Créé: 29.10.2018, 17h02

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.