Samedi 21 avril 2018 | Dernière mise à jour 07:00

Abus sexuel Le numéro 3 du Vatican saura s'il sera jugé

Le cardinal Pell, 76 ans, l'un des plus proches conseillers du pape François, est accusé d'agressions sexuelles.

George Pell est le plus haut représentant de l'Eglise catholique inculpé dans une affaire d'agression sexuelle présumée.

George Pell est le plus haut représentant de l'Eglise catholique inculpé dans une affaire d'agression sexuelle présumée. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le cardinal australien George Pell, numéro trois du Vatican, saura le mois prochain s'il est renvoyé en procès pour des agressions sexuelles anciennes. Sa défense a estimé mardi qu'il «payait» pour l'ensemble de l'Eglise catholique.

Le cardinal Pell, 76 ans, l'un des plus proches conseillers du pape François, est accusé d'agressions multiples qui se seraient déroulées il y de nombreuses années. Il dément catégoriquement toutes les accusations portées contre lui.

Le tribunal de Melbourne a entendu pendant quatre semaines des témoignages de victimes présumées qui se sont soumises au feu roulant des questions de la défense. Mardi, l'accusation comme la défense déposaient leurs ultimes conclusions. Le tribunal rendra sa décision sur le fait de renvoyer ou non le prélat en procès le 1er mai.

Témoignages pas crédibles

Robert Richter, l'avocat du cardinal qui avait pris congé pour pouvoir se défendre, a déclaré que l'affaire ne devait pas aller en procès car les victimes présumées n'étaient pas crédibles, a rapporté le Herald Sun de Melbourne.

Les accusations «sont le fruit de problèmes mentaux, de fantasmes ou sont de l'invention pure, dans le but de punir le représentant de l'Eglise catholique dans ce pays pour n'avoir pas empêché les agressions pédophiles commises par d'autres. Le cardinal Pell a été perçu comme le visage de cette responsabilité», a-t-il dit.

Le procureur Mark Gibson a relevé que certains témoignages pouvaient être contradictoires. Mais, selon lui, il appartient à un jury de déterminer leur véracité. Rien de ce que dit Me Richter n'est assimilable «à un défaut de preuves», a-t-il ajouté, selon le journal The Age de Melbourne.

Onde de choc

Le scandale a provoqué une onde de choc en Australie. George Pell est le plus haut représentant de l'Eglise catholique inculpé dans une affaire d'agression sexuelle présumée. La nature exacte des faits présumés n'a pas été dévoilée, les autorités se bornant à parler de «plaignants multiples».

L'annonce de son inculpation avait coïncidé avec la fin d'une longue enquête nationale portant sur les réponses institutionnelles apportées en Australie aux abus sexuels commis sur des enfants. Le gouvernement avait ordonné son ouverture en 2012 après une décennie de pressions de la part des victimes. En décembre, la commission d'enquête avait conclu que les institutions australiennes avaient «gravement manqué à leurs devoirs» envers les enfants pendant des décennies. (ats/nxp)

Créé: 17.04.2018, 10h45


Sondage

Remplacer nos politiciens par des citoyens tirés au sort. Une bonne idée, selon vous?



Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.