Dimanche 21 octobre 2018 | Dernière mise à jour 02:35

Etats-Unis Obama dénonce une «croisade idéologique»

Le président Barack Obama a accusé ses adversaires républicains au Congrès d'avoir provoqué mardi la fermeture partielle des administrations américaines au nom d'une «croisade idéologique».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Lors d'une intervention dans la roseraie de la Maison-Blanche, le dirigeant démocrate a exhorté les conservateurs à mettre fin à cette paralysie, la première du genre en 17 ans, entrée en vigueur dans la nuit faute d'accord au Congrès sur une loi d'orientation budgétaire.

Les républicains de la Chambre des représentants refusent de voter un budget qui ne supprimerait pas le financement de la réforme de l'assurance-maladie, pièce maîtresse du bilan social du président.

Le Sénat aux mains des alliés démocrates rejette ces tentatives. Un volet important de cette réforme est précisément entré en vigueur mardi: des millions d'Américains démunis d'assurance maladie peuvent désormais s'inscrire sur internet pour bénéficier d'une couverture subventionnée à partir de janvier 2014.

«Une paralysie pas inévitable»

Barack Obama a profité de son intervention pour vanter une nouvelle fois les bénéfices de cette réforme, promulguée en 2010 et confirmée en 2012 par la Cour suprême. Il a cité en exemple les cas d'Américains qui l'accompagnaient face aux caméras mardi.

Des centaines de milliers de fonctionnaires américains ont été forcés mardi d'entamer des congés sans solde pour une période indéterminée. D'autres devront se présenter à leur travail, mais ne sont pas assurés d'être payés.

«Cette paralysie républicaine n'était pas inévitable, je veux que tous les Américains comprennent pourquoi elle s'est produite», a ajouté Barack Obama.

«Ils ont paralysé le gouvernement au nom d'une croisade idéologique pour empêcher des millions d'Américains de pouvoir se soigner pour un coût raisonnable», a-t-il assuré. (afp/nxp)

Créé: 01.10.2013, 19h30

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.