Dimanche 25 août 2019 | Dernière mise à jour 11:59

Droits humains Obama renforce les sanctions contre le Venezuela

Le président américain ordonne de nouvelles sanctions contres les dirigeants vénézuéliens qui bafouent les droits de l'homme.

Barack Obama durcit le ton envers les dirigeants vénézuéliens.

Barack Obama durcit le ton envers les dirigeants vénézuéliens. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Barack Obama a ordonné ce lundi 9 mars la mise en place de nouvelles sanctions contre plusieurs responsables vénézuéliens, actuels ou anciens, accusés de violations de droits de l'homme.

«Nous sommes très inquiets des efforts du gouvernement vénézuélien visant à intensifier l'intimidation de ses opposants politiques», dit la Maison Blanche dans un communiqué annonçant ces mesures.

Le décret signé lundi par Barack Obama met en place et renforce une loi votée fin 2014 prévoyant des sanctions - gel d'avoirs et interdiction de visas - contre les responsables vénézuéliens impliqués dans la violente répression des manifestations contre le président Nicolas Maduro entre février et mai 2014.

Dirigeants des forces de l'ordre visés

Sept responsables vénézuéliens, parmi lesquels le directeur de la police nationale et le directeur général des services de renseignement, sont visés, a précisé l'exécutif américain.

Ces sanctions s'appliquent à des personnes impliquées dans des «actes de violence qui constituent de graves violations des droits de l'homme» ainsi que dans des décisions «interdisant ou limitant la liberté d'expression et de rassemblement».

«Nous sommes déterminés à défendre les droits de l'homme et à promouvoir les principes démocratiques au Venezuela en utilisant des sanctions financières», a souligné le secrétaire américain au Trésor Jack Lew.

Arrestation lancée récemment

Nicolas Maduro a récemment intensifié son offensive contre l'opposition avec l'arrestation du maire de Caracas Antonio Ledezma, accusé d'être impliqué dans un complot visant à renverser le gouvernement.

Depuis l'accession au pouvoir au Venezuela en 1999 de Hugo Chavez, critique farouche de «l'impérialisme» américain décédé en 2013, Washington et Caracas entretiennent des relations exécrables.

Le président vénézuélien a annoncé il y a dix jours la mise en place de visas obligatoires pour les Américains souhaitant se rendre au Venezuela, ordonnant par ailleurs une réduction drastique du personnel diplomatique américain à Caracas. Les deux pays ne disposent plus d'ambassadeurs respectifs depuis 2010. (afp/nxp)

Créé: 09.03.2015, 17h22

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.