Jeudi 28 mai 2020 | Dernière mise à jour 21:11

Etats-Unis Obama répond à Trump et son «OBAMAGATE»

L'ancien président américain Barack Obama est la nouvelle cible de son successeur. Il lui a répondu sur Twitter.

Barack Obama est dans le viseur de Donald Trump.

Barack Obama est dans le viseur de Donald Trump. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Votez»: Barack Obama a choisi jeudi une réponse sobre face à Donald Trump qui évoque depuis plusieurs jours un «OBAMAGATE» retentissant sur lequel il n'a cependant fourni aucun élément.

A moins de six mois de l'élection présidentielle, le milliardaire républicain multiplie les attaques contre son prédécesseur démocrate en répétant cette formule-choc en référence au Watergate qui a poussé Richard Nixon à la démission.

Mystérieux crime

Cette théorie du complot, relayée initialement par des sites ultra-conservateurs, laisse entendre que le président démocrate aurait, dans les dernières semaines de son mandat, utilisé l'appareil judiciaire pour nuire à tout prix à Donald Trump.

Interrogé il y a quelques jours lors d'une conférence de presse sur ce mystérieux crime dont son prédécesseur se serait rendu coupable, le président américain avait esquivé: «Vous savez de quel crime il s'agit. Ce crime est évident pour tout le monde.»

Nouveau cap

Jeudi, Donald Trump a franchi un nouveau cap en appelant le Congrès à enquêter, tout en restant toujours évasif sur les faits reprochés. «Si j'étais un sénateur ou élu de la Chambre, la première personne que j'appellerais pour témoigner dans ce qui est, de loin, le plus grand scandale de l'histoire des USA, serait l'ancien président Obama. Il savait tout», a-t-il tweeté, appelant le sénateur républicain Lindsey Graham, l'un de ses proches, à passer à l'action.

Mais nombre d'élus de son camp ne le suivent pas. «Je ne pense que cela soit opportun pour moi de faire cela», a répondu Lindsey Graham, président de la commission judiciaire de la Chambre haute.

Polémique

Pendant des années, avant de se lancer dans la course à la Maison Blanche, Donald Trump a relayé une théorie du complot portée par certains milieux d'extrême droite mettant en doute le lieu de naissance de Barack Obama, premier président noir des Etats-Unis, et donc sa légitimité à diriger le pays.

Exaspéré - «Nous n'avons pas de temps pour ce genre de bêtises» -, le 44e président de l'histoire avait été contraint d'organiser une conférence de presse à la Maison Blanche pour publier son acte de naissance complet et clore cette polémique. (afp/nxp)

Créé: 14.05.2020, 22h23

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.