Samedi 11 juillet 2020 | Dernière mise à jour 05:46

Liban Offensif, Carlos Ghosn dénonce «un coup monté»

L'ex-patron de Renault-Nissan, théâtral et accusateur, a lancé devant la presse à Beyrouth des critiques virulentes envers la justice japonaise et le groupe Nissan.

Ghosn accuse Nissan de "collusion" avec la justice japonaise.
Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'ancien PDG de Renault-Nissan Carlos Ghosn a dénoncé mercredi un «coup monté» contre lui. Il s'est dit décidé à «laver son honneur», lors de sa première apparition publique à Beyrouth depuis sa fuite du Japon, où il est accusé de malversations financières.

Devant un parterre de quelque 150 journalistes méticuleusement choisis par son équipe de communication, le capitaine d'industrie déchu, théâtral et doigt accusateur, l'a proclamé: «présumé coupable» par le système judiciaire japonais dès son arrestation en 2018, il n'avait «d'autre choix» que de fuir face à des accusations «sans fondements». «J'étais otage» au Japon, a-t-il ajouté, arguant de son «innocence».

Carlos Ghosn, 65 ans, qui fait l'objet de quatre inculpations au Japon, a dénoncé la «collusion, partout» entre le constructeur Nissan et le procureur japonais, particulièrement au sujet de son arrestation. «Un coup monté» selon lui alors qu'il s'apprêtait à organiser une fusion entre Renault et Nissan. «J'ai été arraché à ma famille et mes proches», a dénoncé, debout et gesticulant, Carlos Ghosn, qui s'exprimait pour la première fois depuis son arrivée surprise le 30 décembre au Liban.

Interpellé en novembre 2018 à la descente de son jet au Japon, l'homme d'affaires, détenteur des nationalités française, libanaise et brésilienne, avait été libéré sous caution en avril 2019, au terme de 130 jours d'incarcération. Assigné à domicile, il avait interdiction de quitter le Japon dans l'attente de son procès mais aussi de contacter son épouse Carole, visée par un mandat d'arrêt japonais pour «faux témoignage».

«J'ai échappé à l'injustice»

«Je n'ai pas fui la justice, j'ai échappé à l'injustice et à la persécution», a-t-il martelé en anglais, après un préambule décliné en arabe et en français également. Il a continué à répondre longuement aux questions de la presse après sa prise de parole initiale de près d'une heure.

Durant celle-ci, il a assuré qu'il se présentait devant les médias du monde entier pour «laver son honneur», tandis que des documents défilaient derrière lui pour soutenir son propos. Selon lui, ses avocats lui ont dit qu'il risquait d'attendre cinq ans avant le verdict de son procès, une manière pour lui de justifier encore son statut de fugitif.

Carlos Ghosn fait l'objet de quatre inculpations au total au Japon: deux pour «abus de confiance aggravé» et deux pour des revenus différés non déclarés aux autorités boursières par Nissan (aussi poursuivi sur ce volet), notamment des montants qu'il devait toucher après sa retraite estimés par la justice à 9,23 milliards de yens (74 millions d'euros) de 2010 à 2018.

Lors de la conférence de presse, le magnat déchu de l'automobile a promis de fournir des «documents» prouvant son innocence. Depuis le début, Carlos Ghosn, ses proches et sa défense soutiennent qu'il a été victime d'un «complot» ourdi par Nissan, avec la complicité des autorités japonaises, pour l'écarter de son poste. Mais, selon lui, son arrestation a grandement desservi l'alliance formée par les géants de l'automobile japonais et français.

Des «millions» de pertes

«La valorisation de Nissan depuis mon arrestation a baissé de plus de 10 milliards de dollars. Ils ont perdu plus de 40 millions de dollars par jour pendant cette période (...). C'est pas mieux pour Renault, parce que la valorisation de Renault a baissé, depuis mon arrestation, de plus de cinq milliards d'euros, ce qui signifie 20 millions d'euros par jour», a-t-il avancé. Depuis novembre 2018, l'action Renault a perdu environ 34% de sa valeur et celle de Nissan environ 38%.

Quelques heures avant la conférence de presse, l'équipe juridique française de Carlos Ghosn a qualifié l'enquête interne de Nissan de «grosse déformation de la vérité». Des procureurs ont tenté mercredi de fouiller les bureaux d'un de ses avocats japonais, Junichiro Hironaka, et de saisir des ordinateurs mais l'accès leur a été refusé, les avocats invoquant la «confidentialité entre un avocat et son client».

Prêt à «rester longtemps» au Liban

S'il a prévenu qu'il n'était pas «là pour raconter comment (il) a fui le Japon», le récit de cette fuite rocambolesque a tenu en haleine les médias et a suscité l'ouverture d'enquêtes au Japon et en Turquie, où Carlos Ghosn a fait escale. Il est soupçonné de s'être enfui en prenant un jet privé à l'aéroport international du Kansai, près d'Osaka, avec deux complices présumés, de nationalité américaine, selon la télévision japonaise.

Il aurait échappé aux contrôles en se cachant dans un caisson de matériel pour des concerts, selon des médias japonais. «C'est moi seul qui ai organisé mon départ», avait-il martelé avant la conférence. Carole Ghosn a elle assuré qu'elle n'était «au courant de rien» concernant la fuite de son mari. «Je suis prêt à rester à longtemps au Liban», a déclaré Carlos Ghosn mercredi.

Il s'est aussi dit prêt à se présenter «à la justice française» s'il était convoqué, affirmant n'avoir «rien à se reprocher» et ne demander «rien au gouvernement français». En soirée, le parquet libanais a convoqué pour jeudi Carlos Ghosn, après une demande d'arrestation d'Interpol et une requête déposée par des avocats concernant une visite en Israël de l'ancien PDG de Renault-Nissan, a rapporté mercredi l'agence de presse officielle libanaise.

Le parquet de Tokyo a immédiatement réagi aux violentes critiques émises par Carlos Ghosn. «Les allégations du prévenu Ghosn font abstraction de sa propre conduite et ses critiques unilatérales du système de justice pénale du Japon sont totalement inacceptables», ont écrit les procureurs dans un communiqué mis en ligne, une démarche rare de la part du parquet de Tokyo. (afp/nxp)

Créé: 08.01.2020, 16h03

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.